24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Recherche. Catherine Dupont fait parler les coquillages

Recherche. Catherine Dupont fait parler les coquillages

Dernière mise à jour le lundi 24 novembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 24 Novembre 2014
Visualiser l’article original



Petite, on l’imagine bien se coller l’oreille aux coquillages pour écouter la mer.
Aujourd’hui, Catherine Dupont, chercheuse au CNRS à Rennes, les fait parler, ces coquillages. Pour qu’ils racontent la vie de nos ancêtres sur le littoral, depuis la Préhistoire.
Médaille de bronze 2014 du CNRS, Catherine Dupont est l’une des rares spécialistes en archéomalacologie de France. Son travail depuis sept ans : fouiller les dépotoirs de mollusques et coquillages sur le littoral pour connaître la vie des chasseurs-cueilleurs qui s’y sont succédé au fil des millénaires. « Ces populations du Mésolithique étaient totalement dépendantes de leur environnement pour leur alimentation », explique Catherine Dupont : « Ils pêchaient, en grande quantité, des moules, bigorneaux, huîtres, palourdes, coques et, espèces moins connues, monodontes et scrobiculaires.
Ces coquillages existent toujours mais ne sont plus consommés. Ils l’ont été durant la Seconde Guerre mondiale. Mais, après, les gens les ont bannis car ils étaient devenus des symboles de privation ».
Des teintures « flashy » Il y a 8.000 ans, les hommes n’avaient pas le choix. L’élevage et l’agriculture, aux ressources plus maîtrisées et diversifiées, lèveront cette dépendance plus tard. Ceci étant, les coquillages vont conserver toute leur importance, souligne la chercheuse.
Des gisements colossaux de vestiges - 1.700 m sur 25 m de 1 à 2 m de haut - ont ainsi révélé que les huîtres étaient décoquillées massivement au Moyen Âge pour être exportées : « Le début de la surexploitation et de la disparition des bancs naturels »
Fouilles archéologiques et archéomalacologie
https://www.youtube.com/watch?v=2x83JpxIYSU

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP