21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Recherche. Catherine Dupont fait parler les coquillages

Recherche. Catherine Dupont fait parler les coquillages

Dernière mise à jour le lundi 24 novembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 24 Novembre 2014
Visualiser l’article original



Petite, on l’imagine bien se coller l’oreille aux coquillages pour écouter la mer.
Aujourd’hui, Catherine Dupont, chercheuse au CNRS à Rennes, les fait parler, ces coquillages. Pour qu’ils racontent la vie de nos ancêtres sur le littoral, depuis la Préhistoire.
Médaille de bronze 2014 du CNRS, Catherine Dupont est l’une des rares spécialistes en archéomalacologie de France. Son travail depuis sept ans : fouiller les dépotoirs de mollusques et coquillages sur le littoral pour connaître la vie des chasseurs-cueilleurs qui s’y sont succédé au fil des millénaires. « Ces populations du Mésolithique étaient totalement dépendantes de leur environnement pour leur alimentation », explique Catherine Dupont : « Ils pêchaient, en grande quantité, des moules, bigorneaux, huîtres, palourdes, coques et, espèces moins connues, monodontes et scrobiculaires.
Ces coquillages existent toujours mais ne sont plus consommés. Ils l’ont été durant la Seconde Guerre mondiale. Mais, après, les gens les ont bannis car ils étaient devenus des symboles de privation ».
Des teintures « flashy » Il y a 8.000 ans, les hommes n’avaient pas le choix. L’élevage et l’agriculture, aux ressources plus maîtrisées et diversifiées, lèveront cette dépendance plus tard. Ceci étant, les coquillages vont conserver toute leur importance, souligne la chercheuse.
Des gisements colossaux de vestiges - 1.700 m sur 25 m de 1 à 2 m de haut - ont ainsi révélé que les huîtres étaient décoquillées massivement au Moyen Âge pour être exportées : « Le début de la surexploitation et de la disparition des bancs naturels »
Fouilles archéologiques et archéomalacologie
https://www.youtube.com/watch?v=2x83JpxIYSU

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP