13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Recherche. Ifremer à la pointe

Recherche. Ifremer à la pointe

Dernière mise à jour le mercredi 29 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 28 Janvier 2014
Visualiser l’article original



Le site d’Ifremer, à Plouzané, regroupe la plus importante communauté océanographique d’Europe. Près d’un millier de personnes (sur les 6.000 du technopôle) transite et travaille sur un campus aux multiples facettes.
Quel est le poids d’Ifremer ? Quels sont ses missions et son impact dans le monde de la recherche ? Dès 1969, les premiers océanographes arrivent à Plouzané dans le cadre du Centre national pour l’exploitation des océans (Cnexo). L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) naît le 5 juin 1984 de la fusion de l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes et du Cnexo.

Au-dessus du goulet

Un peu excentré à Plouzané, Ifremer Bretagne domine le goulet de ses 27 hectares de bâtiments et de verdure. Le site concentre à lui seul la moitié des effectifs nationaux de l’institut. Le centre de Bretagne à Plouzané est prolongé par les stations d’Argenton, Dinard, Concarneau, Lorient et La Trinité-sur-Mer, qui comptent à elles quatre une centaine de salariés. Plus de 600 salariés se répartissent dans les différentes unités de recherche, en plus des 40 doctorants intégrés aux différents services. Genavir (216 marins et 117 sédentaires), la filiale maritime détenue à 56 % par Ifremer, permet le déploiement de ces chercheurs en mer, n’importe où dans le monde.

Tourné vers la recherche appliquée

Ifremer tire sa force de la diversité de ses laboratoires et domaines de recherche. Même si la recherche fondamentale est nécessairement présente au sein de ses quatre départements, sa marque de fabrique reste la recherche appliquée et ses diverses contributions auprès des institutionnels et industriels. « Nous sommes un établissement public à caractère industriel et commercial soumis au droit privé », rappelle le directeur d’Ifremer-Bretagne, Antoine Dosdat. « C’est notre différence fondamentale avec le CNRS ou l’UBO, même si de nombreuses passerelles existent entre nous ». Cette dimension d’opérateur de recherche appliqué représente schématiquement 40 % de l’activité d’Ifremer. Un quart de son activité concerne la surveillance de l’environnement marin et des activités maritimes pour le compte des services de l’État. La troisième composante consiste en la mise à disposition et l’entretien de moyens maritimes (agence de moyens) qui permettent de mener les opérations scientifiques aux quatre coins de la planète.

Unique en Europe

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP