22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Recherche. Ifremer à la pointe

Recherche. Ifremer à la pointe

Dernière mise à jour le mercredi 29 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 28 Janvier 2014
Visualiser l’article original



Le site d’Ifremer, à Plouzané, regroupe la plus importante communauté océanographique d’Europe. Près d’un millier de personnes (sur les 6.000 du technopôle) transite et travaille sur un campus aux multiples facettes.
Quel est le poids d’Ifremer ? Quels sont ses missions et son impact dans le monde de la recherche ? Dès 1969, les premiers océanographes arrivent à Plouzané dans le cadre du Centre national pour l’exploitation des océans (Cnexo). L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) naît le 5 juin 1984 de la fusion de l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes et du Cnexo.

Au-dessus du goulet

Un peu excentré à Plouzané, Ifremer Bretagne domine le goulet de ses 27 hectares de bâtiments et de verdure. Le site concentre à lui seul la moitié des effectifs nationaux de l’institut. Le centre de Bretagne à Plouzané est prolongé par les stations d’Argenton, Dinard, Concarneau, Lorient et La Trinité-sur-Mer, qui comptent à elles quatre une centaine de salariés. Plus de 600 salariés se répartissent dans les différentes unités de recherche, en plus des 40 doctorants intégrés aux différents services. Genavir (216 marins et 117 sédentaires), la filiale maritime détenue à 56 % par Ifremer, permet le déploiement de ces chercheurs en mer, n’importe où dans le monde.

Tourné vers la recherche appliquée

Ifremer tire sa force de la diversité de ses laboratoires et domaines de recherche. Même si la recherche fondamentale est nécessairement présente au sein de ses quatre départements, sa marque de fabrique reste la recherche appliquée et ses diverses contributions auprès des institutionnels et industriels. « Nous sommes un établissement public à caractère industriel et commercial soumis au droit privé », rappelle le directeur d’Ifremer-Bretagne, Antoine Dosdat. « C’est notre différence fondamentale avec le CNRS ou l’UBO, même si de nombreuses passerelles existent entre nous ». Cette dimension d’opérateur de recherche appliqué représente schématiquement 40 % de l’activité d’Ifremer. Un quart de son activité concerne la surveillance de l’environnement marin et des activités maritimes pour le compte des services de l’État. La troisième composante consiste en la mise à disposition et l’entretien de moyens maritimes (agence de moyens) qui permettent de mener les opérations scientifiques aux quatre coins de la planète.

Unique en Europe

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP