21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?
Accueil > Actualités de la mer > Remettre la mer Méditerranée en "bon état" d’ici 2020, un défi (...)

Remettre la mer Méditerranée en "bon état" d’ici 2020, un défi écologique

Dernière mise à jour le lundi 9 juillet 2012

Article paru sur le site "Sciences et Avenir" - lundi 09 juillet 2012
Visualiser l’article original



Remettre la mer Méditerranée en "bon état" d’ici 2020, un défi écologique

Une Grande Bleue en "bon état écologique" en 2020 ? C’est l’ambition de l’Agence de l’eau et de la Direction interrégionale de la mer Méditerranée (DIRM), via un plan de 600 millions d’euros sur six ans, dont six pour mieux sensibiliser la population aux efforts à faire.

"La qualité écologique de la mer, c’est une nouvelle conquête. Notre travail, c’est de la faire sortir des laboratoires de recherche pour l’introduire dans les modes de gestion. On ne fait pas le bonheur de la Méditerranée sans les Méditerranéens", souligne Martin Guespereau, directeur de l’Agence de l’eau pour la région Rhône-Méditerranée et Corse.

Cette dernière vient d’annoncer son 10e programme d’intervention (2013-2018) en faveur de la Méditerranée occidentale, dont le budget de 600 millions d’euros marque une nette hausse (25% environ) par rapport aux précédents.

"On engagera désormais 100 millions d’euros par an pour préserver la mer, c’est une manne financière gigantesque", relève M. Guespereau. Ce programme étant la cheville ouvrière d’un plan d’action mis en place avec la DIRM pour répondre à une directive cadre européenne de juin 2008, qui prévoit un retour au "bon état écologique" du milieu marin au plus tard en 2020.

La première tâche a été de définir ce "bon état" - qualité de l’eau, analyse des chaînes alimentaires, préservation des fonds et de l’habitat sous-marins - par rapport à un "point zéro" correspondant à la situation actuelle.

"10% des +petits fonds+ (jusqu’à 20 mètres, ndlr), où poussent encore des herbiers, sont aujourd’hui détruits", indique par exemple M. Guespereau, les littoraux des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes étant les plus touchés. Certains usages de la mer sont en cause, de l’ancre de plaisance qui arrache les herbiers de Posidonie, riches en biodiversité, au chalutage de fond.

La première des préoccupations concerne cependant les flux polluants, dont "80% sont d’origine terrestre", pointe Pierre-Yves Andrieu, directeur de la DIRM, et dont la stratégie de réduction absorbe 75% du budget du plan d’action.

80% des flux polluants d’origine terrestre

Une cartographie de la façade littorale méditerranéenne allant de Perpignan à Nice, établie en juin 2012, montre les apports importants du Rhône en polychlorobiphényles ou PCB, dont des traces ont pu être retrouvées dans la chair de merlus du golfe du Lion, ou les nombreux contaminants chimiques relevés dans les rades de Marseille et de Toulon, comme les dioxines, le plomb ou le tributylétain, utilisé pour le traitement des coques des navires.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP