22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Remise en état de la Saline de Truscat

Remise en état de la Saline de Truscat

Dernière mise à jour le mercredi 10 août 2016

Article paru
sur le site "" - 18 Juillet 2016
Visualiser l’article original


Présentation détaillée du projet

Remise en état du marais de Truscat, en marais salant... appartenant à de gentils propriétaires privés...

Nous allons très prochainement signer un bail emphytéotique d’une durée de 25 ans. Une location qui nous coûtera 1000 € par an afin de pouvoir y produire du sel et accueillir oiseaux et visiteurs en tous genres...

Aujourd’hui, c’est un sol sec et craquelé qui deviendra bientôt... un magnifique marais salant dans un écrin de verdure...

Si vous avez aimé et arpenté la saline de St Armel, soutenez nous, car sans vous, il nous faudra plusieurs années pour sortir la tête de l’eau financièrement. En effet, nous avons quitté la saline de St Armel sans un euro de dédommagement, et devons assumer à nos frais l’intégralité des travaux de remise en état...

Alors, encore, soutenez-nous !!

À quoi servira la collecte ?
Plusieurs hectares de marais vont retrouver leur vocation d’il y a plus de soixante ans, ils vont être réhabilités en marais salant, à Sarzeau, ce qui en fera le marais salant le plus ancien du golfe du Morbihan, créé au 15ème siècle !

Marais de Truscat

D’importants travaux débutent ce 18 juillet afin de réaliser le gros œuvre, la construction des digues, et des différents bassins.
Premier jour de travaux au marais de Truscat
Ces travaux demandent l’intervention de pelleteurs spécialisés dans la remise en état de marais salants, venus de Guérande.
Leur travail durera environ deux mois, avec deux pelleteuses, et coûtera 46 000 €.
Plusieurs paliers sont à atteindre, car le coût total des travaux de pelleteuse s’élève à 46 000 €.

Le premier palier à atteindre s’élève à 15 000 €. Dès qu’il sera atteint, nous passerons au deuxième, 20000 €, puis au troisième, 25 000 € et ainsi de suite jusqu’à 46 000 € si le financement prend de l’ampleur et que vous continuez à contribuer et à partager dans vos réseaux, car c’est la clé d’un financement réussi !!

Une souscription directe sera également possible sur les marchés de la presqu’ile de Rhuys, sur le stand d’Olivier, le vendredi à Port Navalo, le samedi à Sarzeau, le mercredi soir et le dimanche matin à St Gildas de Rhuys, selon vos moyens.

Vous allez par votre soutien, participer à la réalisation d’un nouveau marais salant, voir recréer un lieu unique, magique et sauvage, et soutenir la famille du Paludier.

Alors parlez en autour de vous, souscrivez, partagez dans vos réseaux, et soutenez-nous, car, ne l’oublions pas, le coût du financement peut dépasser le dernier palier, et monter jusqu’à 46 000 € si tout le monde s’y met !!
C’est donc la raison de ce financement participatif, qui, nous l’espérons pourra nous aider et nous permettre de recommencer à produire du sel, mais aussi et surtout, à poursuivre le travail accompli durant 12 ans à St Armel d’un point de vue écologique, éducatif et ludique.

Nous recevrons les visiteurs, qui pourront déambuler en toute sérénité sur ce lieu dédié à la nature, tout comme l’était la saline de St Armel.
C’est donc la raison de ce financement participatif, qui, nous l’espérons pourra nous aider et nous permettre de recommencer à produire du sel, mais aussi et surtout, à poursuivre le travail accompli durant 12 ans à St Armel d’un point de vue écologique, éducatif et ludique.

Nous recevrons les visiteurs, qui pourront déambuler en toute sérénité sur ce lieu dédié à la nature, tout comme l’était la saline de St Armel.

La production de sel pourra normalement redémarrer dès l’été 2017 !

Pour retrouver un lieu sauvage, paisible, animé par l’âme naturaliste du paludier...

Soutenez-nous !

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP