25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Requins. Le boîtier qui les tient à distance

Requins. Le boîtier qui les tient à distance

Dernière mise à jour le mardi 14 janvier 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 13 Janvier 2014
Visualiser l’article original



Éloigner les requins à l’aide d’un dispositif individuel ou d’un système de protection des plages. Avec son procédé Dearteck, une société de Saint-Malo est en pointe sur le sujet.

Tecknisolar-Seni s’apprête à lancer la production de ses boîtiers répulsifs à requins. L’innovation a été présentée récemment à La Réunion. La société bretonne vise aussi l’Australie et l’Afrique du Sud.

Avec des attaques de plus en plus médiatisées et des enjeux économiques qui frappent de plein fouet les plages impactées, l’invention des Malouins commence à produire son effet. Alors que les pays concernés dépensent des sommes pharaoniques pour assurer la surveillance ou organiser la chasse aux requins côtiers, Pascal Barguirdjian surfe sur une tout autre approche. Au lieu de s’employer à détruire les requins au sein de leur milieu, pourquoi ne pas chercher à les éloigner à l’aide d’un équipement portatif ou d’un dispositif déployé le long de la plage. « Le sujet est très sensible, les autorités, les associations écologistes et les surfeurs ont bien du mal à s’entendre sur une stratégie », résume le chef d’entreprise.

« Les enjeux et les intérêts sont souvent opposés. Notre système propose un niveau de protection qui a fait ses preuves au cours de nos différents essais en mer à l’Ile Maurice, à La Réunion ou dans les Caraïbes ».

Trois versions
Le Dearteck est décliné en trois versions. Un petit pistolet pour plongeur qui permet, à l’aide d’un faisceau dirigé sur l’animal, de l’éloigner. Les surfeurs peuvent, quant à eux, installer à l’arrière de leur planche un boîtier miniaturisé qui émet en permanence une onde répulsive. Enfin, des émetteurs accrochés à des bouées disposées le long d’une plage établissent un rideau de protection et une aire de baignade ou d’activité nautique théoriquement sécurisée. Les boîtiers se rechargent grâce à l’énergie solaire et fonctionnent jour et nuit.

Brouiller les sens
« Nous avons développé un aveuglement par ultraviolets pulsés qui gêne l’acuité du requin, couplé à une onde acoustique qui déstabilise ses éléments sensoriels dans un rayon de 200 m. Sans dommage pour l’animal ! », assure le concepteur. Pour les surfeurs, le petit boîtier « scratché » sur la planche est également relié à la jambe du surfeur à l’aide d’un leash. « La protection continue même séparée de la planche ».

Avec le développement des sports d’eau et des immenses intérêts économiques pour les régions impactées, le marché est gigantesque. « Avec une soixantaine d’emplois à la clé, la production serait idéalement positionnée à La Réunion pour attaquer le marché australien et sud-africain ! ». Une délégation australienne est d’ailleurs venue ce week-end découvrir le dispositif français au Salon de la plongée, à Paris.

Jusqu’à 100.000 €
Les boîtiers individuels seront commercialisés autour de 850 € pièce

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP