23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Requins en danger en Méditerranée : l’UE accusée de manquer à ses (...)

Requins en danger en Méditerranée : l’UE accusée de manquer à ses engagements

Dernière mise à jour le lundi 13 février 2012

Article paru sur le site "Agrisalon.com" - Mercredi 08 Février 2012
Visualiser l’article original



Requins en danger en Méditerranée : l’UE accusée de manquer à ses engagements

L’Union européenne tarde à adopter des mesures de précaution pour assurer la conservation de dix espèces de requins et raies en danger dans la Méditerranée où elles sont victimes de surpêche, accuse mercredi Oceana, l’organisation internationale de conservation marine.

« Il est incompréhensible que la Commission européenne prenne autant de temps pour définir sa position sur un sujet aussi simple : des espèces gravement menacées de requins et de raies nécessitent urgemment d’être mieux protégées », selon Allison Perry, chargée de la campagne faune marine à Oceana Europe.

Bruxelles n’a toujours pas défini sa position en indiquant, selon Oceana, que « plus de temps était nécessaire pour effectuer des consultations internes » au sein de l’UE. Selon l’Ong, la Commission européenne aurait même mis en garde lors d’une réunion en décembre contre l’adoption de mesures de protection pour les espèces menacées « car cela inclurait trop d’espèces à forte valeur commerciale ».

Oceana invite ainsi l’UE à mettre à profit la réunion semi-annuelle, ouverte mercredi à Paris, des parties contractantes à la Convention de Barcelone pour « agir enfin ». Cette réunion, rassemblant les représentants des décideurs de 21 pays de la Méditerranée et l’UE, va examiner les moyens de protéger dix espèces de requins et raies menacées et en voie de disparition. Il s’agit notamment des requins marteaux et requins taupes bleus, très prisés pour leurs nageoires et ailerons à forte valeur commerciale en Asie et qui ont subi des déclins de population de plus de 99 % sur un siècle dans certaines parties de la Méditerranée.

« Avec 41 % des requins et raies considérés comme menacés, alors que la moyenne mondiale est de 17 %, la Méditerranée est la région du monde la plus sinistrée pour ces espèces », selon Oceana. L’Ong rappelle que malgré l’interdiction de pêche pour certaines espèces comme le requin taupe commun, « la plupart des pêcheries de requin demeurent exploitées sans mesure de gestion ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP