19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > SNSM. Nolwenn Korbell, marraine tous temps

SNSM. Nolwenn Korbell, marraine tous temps

Dernière mise à jour le mercredi 9 mars 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 08 Mars 2016
Visualiser l’article original


Affecté à la station SNSM de Sein depuis début février, le canot de sauvetage flambant neuf de l’île est à Douarnenez pour la semaine. L’occasion d’une première rencontre avec sa future marraine, la chanteuse Nolwenn Korbell, tout aussi fougueuse...

Successeur du Ville de Paris (ci-dessous), le nouveau bateau de sauvetage de Sein se nomme Yves et François Olivaux, du nom de l’époux et du fils de celle qui a fait un legs pour le financer (1,4 M€), Nelly Olivaux. Le rutilant navire est amarré à couple de son aîné dans le Port-Rhu depuis hier et pour toute la semaine. Ce canot tous temps (CTT) de 17,80 m bourré de technologie est insubmersible et autoredressable. Une prouesse.
Baptême en grande pompe

C’est le premier CTT de la nouvelle génération des bateaux de sauvetage. Il peut accueillir à son bord jusqu’à 70 naufragés, le double de son prédécesseur. Livré à la station SNSM de Sein le 5 février, il vient à Douarnenez pour que soient effectués les contrôles d’usage après ses premières heures de navigation. Et le 29 avril, ce prototype sera baptisé, à Sein et en grande pompe. La bénédiction sera célébrée par l’évêque de Quimper et du Léon, en présence de 300 invités et de la marraine du bateau, la chanteuse et comédienne douarneniste bretonnante Nolwenn Korbell.
Sein, « la plus belle scène du monde »

« La demande venant de François Spinec, ça a été oui tout de suite, commente la future marraine. Il fait partie de ces gens qui parlent encore breton au quotidien et à Sein, ceux qui parlent breton ont encore un rapport très vivant à la langue. Ensuite, c’est Sein. Une île qui m’émeut. J’ai chanté là-bas en 2013, pour la première Nuit Blanche. Le quai de Sein, c’est la plus belle scène du monde, non ? Et enfin, être marraine d’une vedette de sauvetage, c’est un symbole très fort. Secourir d’autres humains, ce n’est pas rien ! Je suis très honorée, même si je ne sais pas encore en quoi consistera ma mission ».
Un vrai rôle d’ambassadrice

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP