20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Sable coquillier. Les Sénans défendent leur patrimoine

Sable coquillier. Les Sénans défendent leur patrimoine

Dernière mise à jour le vendredi 11 avril 2014

Article paru
sur le site "Le télégramme" - 10 avril 2014
Visualiser l’article original



Vent de fronde dans le Cap Sizun. L’enquête publique sur l’extraction du sable coquillier, à Kafarnao, au large de Sein, par les Sabliers de l’Odet doit s’achever le 18 avril. Deux réunions publiques ont mobilisé les opposants : Sénans, pêcheurs, écologistes.

Après une première phase d’exploitation entre 1987 et 2008 (180.000 m³ extraits), les Sabliers de l’Odet ont lancé une nouvelle procédure pour continuer à exploiter le sable coquillier de Kafarnao. Ce « sable » est composé de plus de 80 % de débris grossiers de coquillages (différent du maërl qui est à base d’algue marine). Il intéresse un producteur de compléments alimentaires à base de calcaire pour les poules pondeuses (durcissement des coquilles d’oeufs).

Tout comme à Lannion (22), où le Peuple des dunes, se mobilise contre un projet identique, les Capistes défendent leur patrimoine naturel.

65.000 m³ par an

La réglementation a changé et surtout l’exploitation du maërl des Glénan est interdite depuis 2011. Une nouvelle demande d’exploitation de Kafarnao a donc été déposée par les Sabliers de l’Odet. La concession a été accordée à l’entreprise en mai 2011, pour 10 ans, à raison de 65.000 m³ d’extraction maximale par an. L’autorisation d’exploiter a été conditionnée à la production d’une étude d’impact approfondie qui fait donc actuellement l’objet d’une enquête publique.

Les Sénans sont très remontés contre l’exploitation de cette dune sous-marine (24 m de haut sur 500 m de long) qu’ils considèrent comme un rempart pour leur île grignotée par la mer. Malgré les déclarations rassurantes du bureau spécialisé qui a réalisé l’étude d’impact (aucun risque supplémentaire pour l’île), ils refusent ce projet comme ils avaient dénoncé la première période d’exploitation. Les pêcheurs ont, eux, fait part de leur inquiétude pour une zone de nourricerie de poissons. Les écologistes dénoncent la logique de l’exploitation d’un site sensible pour un usage contestable (alimentation des poules). Le préfet de région, au titre de l’Autorité environnementale, a recommandé au porteur de projet de compléter l’étude d’impact « par une analyse affinée des services écologiques rendus par le site et par la levée de toute ambiguïté sur le caractère notable des impacts, afin que les atteintes aux enjeux majeurs relatifs à la biodiversité remarquable, soient en premier lieu évitées ».

La société se défend en précisant que seuls 4 à 5 % du stock de sable seront extraits.

En zone protégée

Les opposants comptent sur un avis défavorable du conseil de gestion du Parc marin d’Iroise, le site étant dans son périmètre.
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP