21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé
Accueil > Actualités de la mer > Sables de mer. Remous à terre

Sables de mer. Remous à terre

Dernière mise à jour le samedi 14 février 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 13 Février 2015
Visualiser l’article original



Lundi, Emmanuel Macron recevra à Paris les différentes parties engagées dans le conflit autour du projet d’extraction de sables marins en baie de Lannion, revu hier à la baisse par l’opérateur. Ce télescopage marin entre économie et écologie a déjà connu d’autres épisodes tendus aux Glénan, à l’île de Sein (29) et à Erdeven dans le Morbihan.

Emmanuel Macron est décidément sur tous les fronts. Lundi, c’est au titre de ministre en charge des mines qu’il intervient dans le dossier de Lannion puisque l’exploitation de fonds marins requiert des permis miniers.
Toutes les parties prenantes seront représentées dans cette rencontre qui pourrait être déterminante pour l’attribution ou non du permis qui a reçu successivement les feux verts du commissaire enquêteur, du préfet et du conseil d’État alors que Ségolène Royal, ministre de l’Écologie a dit son opposition au site envisagé, entre deux zones Natura 2000, à environ sept kilomètres au large de Lannion et Locquirec (29).
Hier, l’opérateur a annoncé qu’il revoyait à la baisse son projet (ci-dessous). La fin du maërl Le produit recherché, ce sont en l’occurrence des sables coquilliers ainsi appelés car ils contiennent des débris de coquillages, riches de ce calcaire recherché pour compenser l’acidité des sols agricoles et favoriser les rendements. Ces sables ont longtemps été négligés car la Bretagne possédait un véritable trésor sous-marin, le maërl. Au fil de millions d’années, ce gisement s’est constitué de débris d’une algue marine ayant la particularité de laisser derrière elle une sorte de squelette calcaire, très riche en minéraux dont le calcium et le magnésium.
Pendant des décennies, c’est le fameux maërl des Glénan (29) mais également de la baie de Saint-Brieuc et d’autres sites plus confidentiels qui ont assuré les meilleurs amendements. Mais au tournant du siècle, deux éléments allaient se conjuguer pour mettre fin à l’exploitation. D’abord des relevés bathymétriques indiquant que l’exploitation du maërl avait creusé un véritable canyon sous-marin aux Glénan. Mais surtout, on prit soudain conscience du rôle éminemment écologique du maërl, dont les anfractuosités constituent une nurserie pour les micro-organismes et les larves de plusieurs espèces nobles, de la coquille saint-jacques au turbot.
Après une longue controverse entre exploitant (200 emplois) et administration, l’extraction fut définitivement arrêtée et le maërl classé « habitat d’intérêt communautaire » par le Grenelle de l’Environnement.
Le Peuple des Dunes en force.....

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP