19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Sables de mer. Remous à terre

Sables de mer. Remous à terre

Dernière mise à jour le samedi 14 février 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 13 Février 2015
Visualiser l’article original



Lundi, Emmanuel Macron recevra à Paris les différentes parties engagées dans le conflit autour du projet d’extraction de sables marins en baie de Lannion, revu hier à la baisse par l’opérateur. Ce télescopage marin entre économie et écologie a déjà connu d’autres épisodes tendus aux Glénan, à l’île de Sein (29) et à Erdeven dans le Morbihan.

Emmanuel Macron est décidément sur tous les fronts. Lundi, c’est au titre de ministre en charge des mines qu’il intervient dans le dossier de Lannion puisque l’exploitation de fonds marins requiert des permis miniers.
Toutes les parties prenantes seront représentées dans cette rencontre qui pourrait être déterminante pour l’attribution ou non du permis qui a reçu successivement les feux verts du commissaire enquêteur, du préfet et du conseil d’État alors que Ségolène Royal, ministre de l’Écologie a dit son opposition au site envisagé, entre deux zones Natura 2000, à environ sept kilomètres au large de Lannion et Locquirec (29).
Hier, l’opérateur a annoncé qu’il revoyait à la baisse son projet (ci-dessous). La fin du maërl Le produit recherché, ce sont en l’occurrence des sables coquilliers ainsi appelés car ils contiennent des débris de coquillages, riches de ce calcaire recherché pour compenser l’acidité des sols agricoles et favoriser les rendements. Ces sables ont longtemps été négligés car la Bretagne possédait un véritable trésor sous-marin, le maërl. Au fil de millions d’années, ce gisement s’est constitué de débris d’une algue marine ayant la particularité de laisser derrière elle une sorte de squelette calcaire, très riche en minéraux dont le calcium et le magnésium.
Pendant des décennies, c’est le fameux maërl des Glénan (29) mais également de la baie de Saint-Brieuc et d’autres sites plus confidentiels qui ont assuré les meilleurs amendements. Mais au tournant du siècle, deux éléments allaient se conjuguer pour mettre fin à l’exploitation. D’abord des relevés bathymétriques indiquant que l’exploitation du maërl avait creusé un véritable canyon sous-marin aux Glénan. Mais surtout, on prit soudain conscience du rôle éminemment écologique du maërl, dont les anfractuosités constituent une nurserie pour les micro-organismes et les larves de plusieurs espèces nobles, de la coquille saint-jacques au turbot.
Après une longue controverse entre exploitant (200 emplois) et administration, l’extraction fut définitivement arrêtée et le maërl classé « habitat d’intérêt communautaire » par le Grenelle de l’Environnement.
Le Peuple des Dunes en force.....

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP