21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > La tension monte chez les pêcheurs

La tension monte chez les pêcheurs

Dernière mise à jour le lundi 26 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 26 Mai 2014
Visualiser l’article original



Ailes Marines, consortium choisi par l’État pour construire et exploiter le champ éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc, étudie la possibilité de changer le type de fondation qui soutiendra les mâts des éoliennes. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans le monde de la pêche, qui est aussitôt monté au créneau.

Le consortium Ailes Marines ne s’est pas fait que des amis cette semaine. Mardi, le porteur du projet de champ éolien offshore de Saint-Brieuc a en effet annoncé qu’à la suite des études géotechniques menées sur le sous-sol de la baie, il étudiait la possibilité de changer le type de fondation qui soutiendra les mâts des éoliennes. Jusque-là privilégiée, la solution « jacket » (un treillis métallique fixé au sol par des pieux) est désormais en concurrence avec le « gravitaire », d’énormes blocs de béton flottants, semi-flottants ou posés au fond de l’eau. Cette nouvelle a tôt fait de mettre le monde de la pêche vent debout.

« On se sent trahis »

« Que les choses soient bien claires : nous ne voulons pas de gravitaire ; c’est hors de question », a martelé Alain Coudray, président du comité départemental des pêches des Côtes-d’Armor, hier après-midi. À ses côtés, Pascal Lecler, son homologue brétillien, était tout aussi ferme. « On se sent trahis. On a travaillé pour rien pendant cinq ans. Depuis le début, on dit que c’est le jacket ou rien. Et on nous annonce, à un mois de la date butoir, que l’accord de départ ne tient plus. Ce n’est pas sérieux ».

Pour les deux hommes, remontés comme des pendules, la solution gravitaire serait catastrophique en termes d’écologie. « La surface à préparer serait de 330.000 m² pour les 100 éoliennes prévues, soit la superficie de 66 terrains de foot ! Ce serait la mort de notre métier. Avec le jacket, l’impact sur la faune et la destruction des habitats serait 25 fois moins important. C’est pourquoi nous avons toujours milité pour cette solution et soutenu le projet Ailes Marines ».

Risque de recours

Alain Coudray, qui menace déjà de cesser toute collaboration avec Ailes Marines, précise par ailleurs, à toutes fins utiles, que la modification de son projet exposerait le consortium à des recours judiciaires. « Pourquoi ? Parce que si le jacket est abandonné, il ne répondra tout simplement plus au cahier des charges du dossier qui lui a permis de remporter l’appel d’offres ». Bien décidés à faire valoir leur point de vue, les représentants du monde de la pêche exigent une réunion de crise rapide avec le président d’Ailes Marines, Jonathan Cole. Et ont également demandé à être reçus par les préfets des départements bretons, le préfet de Région, ainsi que Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, qui décidera in fine.

Vers moins de machines ?

De son côté, Emmanuel Rollin, directeur d’Ailes Marines, se veut rassurant. Même si, il en convient, il y a un point de désaccord important avec les pêcheurs en ce moment. « Le succès d’un tel projet repose sur un équilibre entre les solutions techniques, le planning et la rentabilité. Or, la nature des sols ne nous permet pas de respecter le planning prévu avec des fondations jacket. Nous étudions donc toutes les possibilités pour régler le problème et retrouver cet équilibre. Dont la solution gravitaire. Ceci dit, le choix n’est pas encore arrêté. Et nous voulons continuer à travailler sereinement avec le monde de la pêche ».

Jacket ? Gravitaire ? Le verdict tombera début juillet

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP