18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer

Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer

Dernière mise à jour le mardi 8 mai 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 06 Mai2018
Visualiser l’article original


Comprendre le développement cellulaire responsable de la croissance des cancers en étudiant l’huître. Pour la première fois, une équipe de chercheurs s’intéresse aux capacités de ce mollusque d’activer ce développement mais aussi et surtout de le désactiver.

« C’est la première fois qu’on regroupe des biologistes marins et des chercheurs en cancérologie pour étudier certains mécanismes de l’huître », assure Charlotte Corporeau, du laboratoire Physiologie des invertébrés de l’Ifremer, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer qui coordonne le projet Mollusc, financé par la fondation Arc contre le cancer. Participent aussi l’Université de Bretagne occidentale (UBO), l’Inserm, le CNRS, l’Université de Paris Sud et le Centre méditerranéen de médecine moléculaire C3M. 
« Ce programme ouvre de nouvelles pistes de recherche basées sur les mécanismes ancestraux de l’huître », souligne Catherine Brenner, directrice de recherche au CNRS, spécialisée en oncologie et maladies cardio-vasculaires.
« Il y a des mécanismes communs entre l’huître et le cancer, c’est vraiment surprenant ! ». Régulièrement étudiée pour comprendre les impacts de la pollution sur l’environnement du fait de son fort potentiel d’accumulation de polluants et de métaux lourds, l’huître n’avait encore jamais été scrutée pour ses similitudes avec l’homme en matière de développement cellulaire.
Tout comme l’homme, le mollusque connaît l’effet Warburg, du nom du biologiste Otto Warburg qui a identifié en 1930 ce phénomène de développement cellulaire responsable de la croissance des cancers. Il est pour le moment irréversible chez l’homme. Mais l’huître creuse parviendrait à le contrôler. En laboratoire, les chercheurs de l’Ifremer ont démontré (Journal of Proteomics, 2014) qu’un stress de température bloquait le déclenchement de ce phénomène chez l’huître, une espèce qui contrairement à l’homme n’est pas capable de réguler sa température interne.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP