23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne
Accueil > Actualités de la mer > Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la (...)

Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "Romandie News" - Vendredi 09 Mars 2012
Visualiser l’article original



Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

BREST - Le plus gros satellite jamais envoyé dans l’espace pour surveiller la surface de la Terre, Envisat, a parcouru 2,25 milliards de kilomètres et collecté un pétaoctet (un million de milliards) de données sur notre planète, a-t-on appris jeudi pour les dix ans de sa mise en service.

Le but est de développer la connaissance de la Terre. Envisat a représenté une gros effort financier, mais nous avons la sensation du devoir accompli, a déclaré le responsable de ce projet de l’Agence spatiale européenne (ESA), Henri Laur, lors d’un point presse à Brest.

En huit ans, nous avons pu constater une multiplication par six de la pollution en Chine, a ajouté M. Laur pour illustrer une infime partie de la masse phénoménale de données recueillies.

Le satellite, qui évolue à 800 kilomètres d’altitude, collecte chaque jour 280 gigaoctet de données, exploitées par 4.000 projets scientifiques en Europe et dans le monde, selon l’ESA.

Mis en orbite le 1er mars 2002 par le lanceur Ariane 5, Envisat surveille en continu les terres émergées, l’atmosphère, les océans et les calottes glacières, avec dix instruments de mesures (radars et optiques de haute technologie). Il a déjà parcouru 2,25 milliards de kilomètres, selon ses promoteurs.

Envisat a notamment permis des succès marquants dans la lutte contre le braconnage en mer, en particulier dans la zone d’exclusivité économique (ZEE) française de l’hémisphère sud, qui couvre 1,73 million de kilomètres carrés, soit la moitié de la Méditerranée, a souligné M. Laur.

La pêche illégale (y) a diminué de plus de 90%. Le satellite met en évidence des petits points qui sont des bateaux non identifiés et qui n’ont pas le droit de se trouver là, a poursuivi M. Laur, en précisant qu’aujourd’hui ces navires pêchaient principalement autour de la ZEE.

Le satellite a notamment permis de sauver la légine, un poisson à chair blanche prisé en Asie et auparavant surpêché illégalement dans la ZEE, a-t-il affirmé.

Envisat a également permis la mise en place d’une océanographie opérationnelle, comparable à la météo mais qui concerne les courants marins, et de mieux comprendre le fonctionnement des océans. Ainsi, les chercheurs ont établi que les tourbillons océaniques intensifient les cyclones quand ces derniers les rencontrent à la surface.

Sans Envisat, pas de prévision sur les déplacements des pollutions comme celle de Fukushima ou d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique, a de son côté précisé Pierre-Yves Le Traon, chercheur à l’Ifremer et membre du comité directeur pour le Système mondial d’observation de l’océan.

D’une durée de vie initialement estimée à cinq ans, le satellite pourrait encore fonctionner quelques années. Il doit être être remplacé en 2013 par Sentinel 1, premier d’une série de sept nouveaux satellites (1,7 milliard d’euros), selon M. Laur.

La réalisation d’Envisat (8,2 tonnes et 26 mètres d’envergure avec ses panneaux) avait mobilisé une cinquantaine d’entreprises et avait coûté 2,4 milliards d’euros, dont environ 25% financés par la France.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP