25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la (...)

Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "Romandie News" - Vendredi 09 Mars 2012
Visualiser l’article original



Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

BREST - Le plus gros satellite jamais envoyé dans l’espace pour surveiller la surface de la Terre, Envisat, a parcouru 2,25 milliards de kilomètres et collecté un pétaoctet (un million de milliards) de données sur notre planète, a-t-on appris jeudi pour les dix ans de sa mise en service.

Le but est de développer la connaissance de la Terre. Envisat a représenté une gros effort financier, mais nous avons la sensation du devoir accompli, a déclaré le responsable de ce projet de l’Agence spatiale européenne (ESA), Henri Laur, lors d’un point presse à Brest.

En huit ans, nous avons pu constater une multiplication par six de la pollution en Chine, a ajouté M. Laur pour illustrer une infime partie de la masse phénoménale de données recueillies.

Le satellite, qui évolue à 800 kilomètres d’altitude, collecte chaque jour 280 gigaoctet de données, exploitées par 4.000 projets scientifiques en Europe et dans le monde, selon l’ESA.

Mis en orbite le 1er mars 2002 par le lanceur Ariane 5, Envisat surveille en continu les terres émergées, l’atmosphère, les océans et les calottes glacières, avec dix instruments de mesures (radars et optiques de haute technologie). Il a déjà parcouru 2,25 milliards de kilomètres, selon ses promoteurs.

Envisat a notamment permis des succès marquants dans la lutte contre le braconnage en mer, en particulier dans la zone d’exclusivité économique (ZEE) française de l’hémisphère sud, qui couvre 1,73 million de kilomètres carrés, soit la moitié de la Méditerranée, a souligné M. Laur.

La pêche illégale (y) a diminué de plus de 90%. Le satellite met en évidence des petits points qui sont des bateaux non identifiés et qui n’ont pas le droit de se trouver là, a poursuivi M. Laur, en précisant qu’aujourd’hui ces navires pêchaient principalement autour de la ZEE.

Le satellite a notamment permis de sauver la légine, un poisson à chair blanche prisé en Asie et auparavant surpêché illégalement dans la ZEE, a-t-il affirmé.

Envisat a également permis la mise en place d’une océanographie opérationnelle, comparable à la météo mais qui concerne les courants marins, et de mieux comprendre le fonctionnement des océans. Ainsi, les chercheurs ont établi que les tourbillons océaniques intensifient les cyclones quand ces derniers les rencontrent à la surface.

Sans Envisat, pas de prévision sur les déplacements des pollutions comme celle de Fukushima ou d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique, a de son côté précisé Pierre-Yves Le Traon, chercheur à l’Ifremer et membre du comité directeur pour le Système mondial d’observation de l’océan.

D’une durée de vie initialement estimée à cinq ans, le satellite pourrait encore fonctionner quelques années. Il doit être être remplacé en 2013 par Sentinel 1, premier d’une série de sept nouveaux satellites (1,7 milliard d’euros), selon M. Laur.

La réalisation d’Envisat (8,2 tonnes et 26 mètres d’envergure avec ses panneaux) avait mobilisé une cinquantaine d’entreprises et avait coûté 2,4 milliards d’euros, dont environ 25% financés par la France.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP