23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la (...)

Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "Romandie News" - Vendredi 09 Mars 2012
Visualiser l’article original



Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

BREST - Le plus gros satellite jamais envoyé dans l’espace pour surveiller la surface de la Terre, Envisat, a parcouru 2,25 milliards de kilomètres et collecté un pétaoctet (un million de milliards) de données sur notre planète, a-t-on appris jeudi pour les dix ans de sa mise en service.

Le but est de développer la connaissance de la Terre. Envisat a représenté une gros effort financier, mais nous avons la sensation du devoir accompli, a déclaré le responsable de ce projet de l’Agence spatiale européenne (ESA), Henri Laur, lors d’un point presse à Brest.

En huit ans, nous avons pu constater une multiplication par six de la pollution en Chine, a ajouté M. Laur pour illustrer une infime partie de la masse phénoménale de données recueillies.

Le satellite, qui évolue à 800 kilomètres d’altitude, collecte chaque jour 280 gigaoctet de données, exploitées par 4.000 projets scientifiques en Europe et dans le monde, selon l’ESA.

Mis en orbite le 1er mars 2002 par le lanceur Ariane 5, Envisat surveille en continu les terres émergées, l’atmosphère, les océans et les calottes glacières, avec dix instruments de mesures (radars et optiques de haute technologie). Il a déjà parcouru 2,25 milliards de kilomètres, selon ses promoteurs.

Envisat a notamment permis des succès marquants dans la lutte contre le braconnage en mer, en particulier dans la zone d’exclusivité économique (ZEE) française de l’hémisphère sud, qui couvre 1,73 million de kilomètres carrés, soit la moitié de la Méditerranée, a souligné M. Laur.

La pêche illégale (y) a diminué de plus de 90%. Le satellite met en évidence des petits points qui sont des bateaux non identifiés et qui n’ont pas le droit de se trouver là, a poursuivi M. Laur, en précisant qu’aujourd’hui ces navires pêchaient principalement autour de la ZEE.

Le satellite a notamment permis de sauver la légine, un poisson à chair blanche prisé en Asie et auparavant surpêché illégalement dans la ZEE, a-t-il affirmé.

Envisat a également permis la mise en place d’une océanographie opérationnelle, comparable à la météo mais qui concerne les courants marins, et de mieux comprendre le fonctionnement des océans. Ainsi, les chercheurs ont établi que les tourbillons océaniques intensifient les cyclones quand ces derniers les rencontrent à la surface.

Sans Envisat, pas de prévision sur les déplacements des pollutions comme celle de Fukushima ou d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique, a de son côté précisé Pierre-Yves Le Traon, chercheur à l’Ifremer et membre du comité directeur pour le Système mondial d’observation de l’océan.

D’une durée de vie initialement estimée à cinq ans, le satellite pourrait encore fonctionner quelques années. Il doit être être remplacé en 2013 par Sentinel 1, premier d’une série de sept nouveaux satellites (1,7 milliard d’euros), selon M. Laur.

La réalisation d’Envisat (8,2 tonnes et 26 mètres d’envergure avec ses panneaux) avait mobilisé une cinquantaine d’entreprises et avait coûté 2,4 milliards d’euros, dont environ 25% financés par la France.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP