23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer
Accueil > Actualités de la mer > Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la (...)

Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "Romandie News" - Vendredi 09 Mars 2012
Visualiser l’article original



Satellite Envisat : 2,25 milliards de km en 10 ans pour mieux comprendre la Terre

BREST - Le plus gros satellite jamais envoyé dans l’espace pour surveiller la surface de la Terre, Envisat, a parcouru 2,25 milliards de kilomètres et collecté un pétaoctet (un million de milliards) de données sur notre planète, a-t-on appris jeudi pour les dix ans de sa mise en service.

Le but est de développer la connaissance de la Terre. Envisat a représenté une gros effort financier, mais nous avons la sensation du devoir accompli, a déclaré le responsable de ce projet de l’Agence spatiale européenne (ESA), Henri Laur, lors d’un point presse à Brest.

En huit ans, nous avons pu constater une multiplication par six de la pollution en Chine, a ajouté M. Laur pour illustrer une infime partie de la masse phénoménale de données recueillies.

Le satellite, qui évolue à 800 kilomètres d’altitude, collecte chaque jour 280 gigaoctet de données, exploitées par 4.000 projets scientifiques en Europe et dans le monde, selon l’ESA.

Mis en orbite le 1er mars 2002 par le lanceur Ariane 5, Envisat surveille en continu les terres émergées, l’atmosphère, les océans et les calottes glacières, avec dix instruments de mesures (radars et optiques de haute technologie). Il a déjà parcouru 2,25 milliards de kilomètres, selon ses promoteurs.

Envisat a notamment permis des succès marquants dans la lutte contre le braconnage en mer, en particulier dans la zone d’exclusivité économique (ZEE) française de l’hémisphère sud, qui couvre 1,73 million de kilomètres carrés, soit la moitié de la Méditerranée, a souligné M. Laur.

La pêche illégale (y) a diminué de plus de 90%. Le satellite met en évidence des petits points qui sont des bateaux non identifiés et qui n’ont pas le droit de se trouver là, a poursuivi M. Laur, en précisant qu’aujourd’hui ces navires pêchaient principalement autour de la ZEE.

Le satellite a notamment permis de sauver la légine, un poisson à chair blanche prisé en Asie et auparavant surpêché illégalement dans la ZEE, a-t-il affirmé.

Envisat a également permis la mise en place d’une océanographie opérationnelle, comparable à la météo mais qui concerne les courants marins, et de mieux comprendre le fonctionnement des océans. Ainsi, les chercheurs ont établi que les tourbillons océaniques intensifient les cyclones quand ces derniers les rencontrent à la surface.

Sans Envisat, pas de prévision sur les déplacements des pollutions comme celle de Fukushima ou d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique, a de son côté précisé Pierre-Yves Le Traon, chercheur à l’Ifremer et membre du comité directeur pour le Système mondial d’observation de l’océan.

D’une durée de vie initialement estimée à cinq ans, le satellite pourrait encore fonctionner quelques années. Il doit être être remplacé en 2013 par Sentinel 1, premier d’une série de sept nouveaux satellites (1,7 milliard d’euros), selon M. Laur.

La réalisation d’Envisat (8,2 tonnes et 26 mètres d’envergure avec ses panneaux) avait mobilisé une cinquantaine d’entreprises et avait coûté 2,4 milliards d’euros, dont environ 25% financés par la France.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP