19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Scapêche. « On apprend de nouvelles techniques »

Scapêche. « On apprend de nouvelles techniques »

Dernière mise à jour le mardi 17 mars 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 00 Mars 2015
Visualiser l’article original



Flore Limantour Régulièrement accusé de dévaster les grands fonds par les ONG comme Bloom, l’armement lorientais Scapêche, dirigé par Fabien Dulon, s’est engagé dans une démarche vertueuse et passe une nouvelle étape en limitant depuis janvier sa pêche en eaux profondes.
Depuis janvier, les poissons de grands fonds ne représentent plus que 25 % des captures. Comment y êtes-vous parvenu ?
Tout simplement, on ne descend plus au-delà de 800 m.
Alors que l’an dernier encore on atteignait les 1.000 à 1.100 m de profondeur, contre 1.400 dans les années 2000.
Du coup, certaines espèces de grand fond comme le grenadier ont quasiment disparu de la production les deux dernières semaines. Il ne devrait plus représenter que 10 à 15 % à l’avenir, en fonction de la saisonnalité.
En revanche, on pêche plus de lieu noir et de merlu... Il va falloir tenir avec nos quotas jusqu’à la fin de l’année.
Que représente la pêche profonde pour la Scapêche ? 35 % des captures l’an dernier. 25 % depuis deux mois. On aimerait descendre à 20 % contre 60 % dans les années 2000.
Il y aura toujours de la pêche de grands fonds, car certains poissons tels le sabre ou la dorade rose sont pêchés à 400 m.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP