26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > Sciences participatives : le Muséum national d’Histoire naturelle mise sur (...)

Sciences participatives : le Muséum national d’Histoire naturelle mise sur les Français

Dernière mise à jour le lundi 14 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 10 avril 2014
Visualiser l’article original



La famille des sciences participatives ne cesse de s’agrandir. Après les citoyens appelés à compter les oiseaux, surveiller les papillons, recenser les insectes, écouter les chauves-souris, renseigner les herbiers… le Muséum national d’Histoire naturelle élargit ses réseaux avec le lancement sur tout le territoire de l’opération « Vigie-Nature École ».

L’idée, expérimentée durant trois ans en Île-de-France, est tout à la fois de sensibiliser les jeunes à la biodiversité, de les faire entrer dans une démarche scientifique et de compléter les bases de données utilisées par les chercheurs pour leurs travaux. « C’est de la vraie science pour les scolaires », se félicite Thomas Grenon, le directeur du Muséum, sachant que les jeunes vont travailler en suivant des protocoles établis par les chercheurs.

« Pour sensibiliser les élèves à la biodiversité, il faut qu’ils puissent la voir, la toucher »
Un enseignant

En France, 80 % des enfants vont à l’école dans une zone urbaine mais il y a toujours possibilité de les sensibiliser sur la « nature ordinaire » qui se trouve à proximité de leur établissement. La démarche peut se comparer aux leçons de choses d’autrefois, le lien avec les scientifiques en plus. « Pour sensibiliser les élèves à la biodiversité, il faut qu’ils puissent la voir, la toucher », explique un enseignant. Il existe six observatoires pour participer toute l’année à Vigie-Nature École. Les enfants peuvent ainsi s’intéresser aux pollinisateurs, aux escargots, aux plantes sauvages urbaines, aux algues et bigorneaux pour ceux qui habitent à proximité de la mer, aux chauves-souris et aux vers de terre. « On espère toucher un élève sur deux au cours de sa scolarité », ajoute Thomas Grenon.

Les sciences participatives lancées par le Muséum il y a une vingtaine d’années rassemblent désormais quelque 15 000 observateurs : des scientifiques à la retraite, des amateurs éclairés ou de simples amoureux de la nature. « Autant de personnes séduites mais qu’il faut également fidéliser », assure le biologiste Gilles Bœuf, président du Muséum. « Et pour ce faire il faut restituer les informations », insiste-t-il. C’est un aller-retour permanent entre les associations locales qui sont les relais auprès des volontaires et les chercheurs que le Muséum cherche à mettre en place. Un premier atelier va d’ailleurs être organisé à leur intention au mois de juin.

« Plus de 50 % des espèces actuelles sont décrites par des amateurs », précise encore le scientifique. Le travail de ces bénévoles est donc inestimable. Le grand herbier dont près de six millions de planches viennent d’être numérisées en est le plus parfait exemple. Les « herbonautes » sont sollicités pour rentrer les informations concernant chaque spécimen dans une grande base de données. « Si une seule personne était chargée de ce travail, il lui faudrait cinq cents ans », explique Marc Pignal, l’un des scientifiques en charge de la conservation de l’herbier.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP