21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Sciences participatives : le Muséum national d’Histoire naturelle mise sur (...)

Sciences participatives : le Muséum national d’Histoire naturelle mise sur les Français

Dernière mise à jour le lundi 14 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 10 avril 2014
Visualiser l’article original



La famille des sciences participatives ne cesse de s’agrandir. Après les citoyens appelés à compter les oiseaux, surveiller les papillons, recenser les insectes, écouter les chauves-souris, renseigner les herbiers… le Muséum national d’Histoire naturelle élargit ses réseaux avec le lancement sur tout le territoire de l’opération « Vigie-Nature École ».

L’idée, expérimentée durant trois ans en Île-de-France, est tout à la fois de sensibiliser les jeunes à la biodiversité, de les faire entrer dans une démarche scientifique et de compléter les bases de données utilisées par les chercheurs pour leurs travaux. « C’est de la vraie science pour les scolaires », se félicite Thomas Grenon, le directeur du Muséum, sachant que les jeunes vont travailler en suivant des protocoles établis par les chercheurs.

« Pour sensibiliser les élèves à la biodiversité, il faut qu’ils puissent la voir, la toucher »
Un enseignant

En France, 80 % des enfants vont à l’école dans une zone urbaine mais il y a toujours possibilité de les sensibiliser sur la « nature ordinaire » qui se trouve à proximité de leur établissement. La démarche peut se comparer aux leçons de choses d’autrefois, le lien avec les scientifiques en plus. « Pour sensibiliser les élèves à la biodiversité, il faut qu’ils puissent la voir, la toucher », explique un enseignant. Il existe six observatoires pour participer toute l’année à Vigie-Nature École. Les enfants peuvent ainsi s’intéresser aux pollinisateurs, aux escargots, aux plantes sauvages urbaines, aux algues et bigorneaux pour ceux qui habitent à proximité de la mer, aux chauves-souris et aux vers de terre. « On espère toucher un élève sur deux au cours de sa scolarité », ajoute Thomas Grenon.

Les sciences participatives lancées par le Muséum il y a une vingtaine d’années rassemblent désormais quelque 15 000 observateurs : des scientifiques à la retraite, des amateurs éclairés ou de simples amoureux de la nature. « Autant de personnes séduites mais qu’il faut également fidéliser », assure le biologiste Gilles Bœuf, président du Muséum. « Et pour ce faire il faut restituer les informations », insiste-t-il. C’est un aller-retour permanent entre les associations locales qui sont les relais auprès des volontaires et les chercheurs que le Muséum cherche à mettre en place. Un premier atelier va d’ailleurs être organisé à leur intention au mois de juin.

« Plus de 50 % des espèces actuelles sont décrites par des amateurs », précise encore le scientifique. Le travail de ces bénévoles est donc inestimable. Le grand herbier dont près de six millions de planches viennent d’être numérisées en est le plus parfait exemple. Les « herbonautes » sont sollicités pour rentrer les informations concernant chaque spécimen dans une grande base de données. « Si une seule personne était chargée de ce travail, il lui faudrait cinq cents ans », explique Marc Pignal, l’un des scientifiques en charge de la conservation de l’herbier.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP