18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Séisme et tsunami. Six chercheurs brestois en Italie

Séisme et tsunami. Six chercheurs brestois en Italie

Dernière mise à jour le samedi 5 octobre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 04 octobre 2013
Visualiser l’article original



À quand les prochains séisme et tsunami majeurs en Méditerranée ? Pour en savoir plus, une équipe de six chercheurs brestois (IUEM, Ifremer, Shom) ont embarqué, mardi, pour le sud de l’Italie.

Ils s’apprêtent à réaliser une campagne d’observation sous-marine de 23 jours à bord d’un navire d’Ifremer, le Suroît. Objectif : en savoir davantage sur les failles majeures créées par le chevauchement des plaques européenne et africaine dans l’est de la Sicile.

Le dernier séisme majeur en 1908

Et ce n’est pas un hasard s’ils ont choisi de concentrer leurs efforts dans ce secteur maritime. « Il s’agit de la zone européenne la plus touchée par les séismes et les tsunamis associés, et assurément la plus meurtrière depuis les cinq derniers siècles, puisqu’on évalue à 200.000 le nombre de victimes dans cette région de l’Italie », résume Marc-André Gutsher, géologue marin à l’Institut universitaire européen de la mer (IUEM). Le dernier séisme de grande ampleur (autour de 7,5 sur l’échelle de Richter) date du 10 décembre 1908. Il a frappé la région de Messine et aurait fait autour de 72.000 morts. « Nous sommes dans un secteur à déplacement lent des plaques, sans grand bruit et sans activité clairement visible ». On parle volontiers de zone traître et mal connue, d’un endroit qui peut à tout moment déclencher un séisme majeur mais sans doute pas au-dessus de 7,5 d’après la taille des failles connues. D’ailleurs, les chercheurs ne sont pas complètement d’accord sur celles qui présentent le plus de risques. « Nous allons nous efforcer de travailler au-dessus des plus grosses failles, autour de celles qui à notre avis pourraient déclencher les prochains cataclysmes ».

Cartographier et carotter

À l’aide de sondeurs multifaisceaux, l’équipe internationale composée d’une dizaine de Français va étudier précisément la couche superficielle des sédiments. Puis, à travers de puissantes ondes acoustiques, ils tenteront de mieux représenter la première couche de sédiments. Une opération de carottage essayera de remonter encore dans le temps en tentant d’affiner la périodicité de ces séismes majeurs, au-delà des traces écrites laissées par l’homme. L’idée d’un grand séisme tous les siècles fait trembler des Italiens, épargnés depuis 1908. Le sujet est vital pour les villes côtières du sud de l’Italie comme celles de Malte et de la côte occidentale de la Grèce. « Si on imagine un séisme d’une puissance maximum de 7,5, la vague du tsunami pourrait atteindre entre 3 et 5 mètres, à l’image du terrible cataclysme de Catane (60.000 morts en 1693), dont l’origine reste encore à éclaircir ».

Un peu moins risqué sur la Côte d’Azur

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP