19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Senne danoise. La petite pêche proteste

Senne danoise. La petite pêche proteste

Dernière mise à jour le vendredi 7 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 05 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Senne danoise. La petite pêche proteste

Pour ou contre la senne danoise, ce grand filet de plus en plus prisé dans le nord de l’Europe ? Les acteurs et les défenseurs de la pêche côtière bretonne n’en veulent pas et le font savoir. La question fait actuellement l’objet de discussions au sein d’un groupe de travail piloté par le Comité national des pêches. Entre chalut de fonds et senne tournante, la senne danoise pourrait voir son accès facilité à la bande côtière. C’est la crainte de l’association des Ligneurs de la pointe de Bretagne et de la plate-forme Petite pêche française, formulée dans un communiqué. « Cette technique conduit des bateaux de pêche parmi les plus gros bateaux français à intensifier leur présence dans la bande côtière dans les quelques secteurs géographiques qui leur sont aujourd’hui autorisés (Pays de Loire essentiellement). Parallèlement, ils multiplient les interventions pour obtenir un accès à l’ensemble de la bande côtière et notamment aux zones côtières Bretagne, Poitou-Charentes et Aquitaine. »

Décideurs intéressés

Les associations de petite pêche dénoncent « un parti pris manifeste » des instances nationales pour un accès facilité de l’engin dans la bande côtière, et ce « au mépris des délibérations locales ou régionales pour la plupart favorables à une interdiction pure et simple de l’engin dans la bande côtière ». « En répétant à l’envie qu’une délibération nationale l’emporte toujours sur les délibérations régionales, en dénonçant un possible anathème à l’encontre de tel ou tel engin, en réclamant d’entrée de jeu que soient imaginés des protocoles de cohabitation dans la zone des 6 à 12 milles, le Comité national des pêches prend fait et cause pour un accès facilité de l’engin dans l’espace côtier », résume Gwen Pennarun, le président de l’association des Ligneurs de la pointe de Bretagne et coprésident de la plateforme petite pêche. Vu les enjeux et les intérêts particuliers de certains décideurs oeuvrant au sein des comités de pêcheurs, les associations en appellent à l’arbitrage par les services de l’Etat.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP