Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Sentiers côtiers. Un recul pour les Amis des chemins de ronde

Sentiers côtiers. Un recul pour les Amis des chemins de ronde

Dernière mise à jour le vendredi 1er mars 2019

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Février 2019
Visualiser l’article original


lors que des plaisanciers et des manifestants à terre se réunissent devant son île, ce samedi, pour dénoncer la fermeture du sentier d’accès à la cale Saint-Guénolé, le propriétaire de Tibidy se réfugie derrière la stricte application de la loi. Il espère apaiser en « rétablissant la vérité ».

« Il n’y a pas de contentieux, ni de litige entre moi et l’État dans la fermeture du sentier de ma propriété. Je n’avais d’autre choix que de murer l’entrée du sentier », martèle le propriétaire de l’île de Tibidy (terrain et manoir), déconcerté par la tension engendrée par un chemin de 200 m de long. Un tronçon menant du parking à la cale Saint-Guénolé qui n’est plus couvert par quelque réglementation encadrant son usage par les particuliers.

Pour bien comprendre la situation actuelle, il convient d’emprunter le couloir du temps et remonter jusqu’en 1986. À l’époque, l’île de Tibidy appartenait à l’évêché. La passerelle permettant aux plaisanciers de rejoindre leurs mouillages de Saint-Guénolé était devenue hors d’usage.

Convention caduque

Plutôt que de la réparer, les autorités ecclésiastiques ont préféré signer avec le maire de l’époque, Jean Keromnès, une convention permettant la circulation des piétons. Valable 30 ans, elle a expiré le 16 avril 2016. « La mairie n’a jamais pris contact avec nous pour en discuter le renouvellement », indique Wilfred Tampé, devenu propriétaire de l’île en 2001.

En 2007, Noël Grignoux, le maire en exercice de l’Hôpital-Camfrout, a choisi l’option de la servitude de passage des piétons le long du littoral (SPPL), procédure ancrée aux prescriptions de la loi Littoral. « Son tracé était irréaliste. Il faisait le tour de l’île et la coupait en deux ! Même l’ancien maire, Jean Keromnès, dans un courrier, alertait la préfecture pour la défense d’un site géologique de première importance ».

Servitude de passage illégale.

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP