13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Sept ans d’étude pour une première mondiale

Sept ans d’étude pour une première mondiale

Dernière mise à jour le vendredi 25 mai 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 10 Mai 2018
Visualiser l’article original


Jamais une expérience aussi poussée n’a été menée sur une espèce à long cycle de vie, à fort intérêt commercial et pour un poisson situé aussi haut dans la chaîne tropique marine. L’Ifremer de Plouzané s’est lancé dans cet exigeant programme il y a cinq ans. Cinq années à élever des géniteurs (à partir de larves) qui viennent tout juste de produire leur toute première génération.

À la surveillance quotidienne (nourrissage, contrôle de la qualité de l’eau pompée dans la rade et maintien du pH exigé dans chaque bassin) se superposent des prélèvements et expériences diverses afin de comparer les physiologies des poissons évoluant dans des bassins de différentes acidités et températures, rechercher les déséquilibres et identifier les éventuelles modifications internes. L’incendie qui a touché une partie de laboratoire il y a quelques années a bien failli mettre un terme à l’expérience.

Le plus grand soin continue d’être porté à la centaine de géniteurs répartis dans différents bassins et aux 20.000 larves soumises à des températures et à des degrés d’acidité différents.
Huître en milieu acide : calcification ralentie

L’incidence de l’acidification de l’eau de mer sur les organismes calcifiants (coquillages, oursins, maërl, etc.), tous les organismes vivants qui produisent de la coquille, est connue depuis quelques années. Les spécialistes ont clairement établi qu’une eau de mer plus acide abaisse la capacité des coquillages à produire de la coquille. Cette dernière met plus de temps à se développer et est plus fragile. Sa croissance est plus lente et offre moins de résistance aux prédateurs éventuels.

Comme pour les poissons, une équipe du Lemar soumet à l’huître creuse une immersion dans une eau plus ou moins chargée en CO2. L’expérimentation a commencé en janvier dernier. Mais le cycle de vie plus court de l’huître, comparé à celle du bar, devrait permettre d’enchaîner rapidement l’observation de plusieurs générations évoluant dans des eaux à différents degrés d’acidité.

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/acidification-des-oceans-l-ifremer-a-la-pointe-10-05-2018-11954234.php#GVOpqXgYRZa9ezr1.99

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP