20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation

Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation

Dernière mise à jour le mardi 5 mars 2013

Article paru
sur le site "Monde Sciences" - 28 Février 2013
Visualiser l’article original


Le physicien Pierre Papon a été directeur général du CNRS et président de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Dans son livre Bref récit du futur (Albin Michel, 2012), il dresse un inventaire de ce que la science et la technologie pourraient apporter à l’horizon 2050 pour répondre aux défis qui se posent à l’humanité. Dans un grand entretien présenté en introduction du hors-série "Futur" publié par Le Monde, il décrit l’exercice prospectif auquel il s’est livré. Extraits.

Qu’est-ce que la prospective ? Tout d’abord, il faut préciser ce qu’elle n’est pas. La prospective, ce n’est pas de la prévision : on explore des sentiers possibles vers l’avenir, qui sont chaotiques, totalement incertains. Et donc on fait des hypothèses sur des évolutions, ou des scénarios à vingt, trente, quarante, cinquante ans, voire le siècle. (...) Je crois à la nécessité de la prospective parce qu’elle est une partie du processus de décision, notamment pour faire des paris sur l’avenir dans le domaine de la science et de la technologie. Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation. (...)

Comment procède-t-on ? Il n’y a pas de méthode scientifique. Pour faire de la prévision technologique, il y a ce qu’on appelle les Delphi, où vous interrogez des experts, par exemple : "Quand pensez-vous que la fusion thermonucléaire va pouvoir être appliquée ?" Alors certains disent 2030, 2040, 2050. Moi j’ai tendance à dire : "Probablement jamais." Vous êtes sur une question un peu fermée, prisonnier d’une technique. Ces méthodes étaient souvent utilisées par les Américains ou les entreprises qui travaillaient notamment pour la défense ou l’aviation, là où l’avenir est, disons, à peu près programmable, même si vous savez que vous avez des verrous à faire sauter sur le plan technique

Mais, dans la plupart des domaines, ce genre de méthode ne marche pas. Alors, comment est-ce que je procède ? Eh bien, je pars des publications scientifiques, de livres, j’interroge un certain nombre de scientifiques. L’idée est, un peu comme un géologue, de repérer où des ruptures, des changements de paradigme pourraient se produire. (...)
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP