21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?
Accueil > Actualités de la mer > Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation

Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation

Dernière mise à jour le mardi 5 mars 2013

Article paru
sur le site "Monde Sciences" - 28 Février 2013
Visualiser l’article original


Le physicien Pierre Papon a été directeur général du CNRS et président de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Dans son livre Bref récit du futur (Albin Michel, 2012), il dresse un inventaire de ce que la science et la technologie pourraient apporter à l’horizon 2050 pour répondre aux défis qui se posent à l’humanité. Dans un grand entretien présenté en introduction du hors-série "Futur" publié par Le Monde, il décrit l’exercice prospectif auquel il s’est livré. Extraits.

Qu’est-ce que la prospective ? Tout d’abord, il faut préciser ce qu’elle n’est pas. La prospective, ce n’est pas de la prévision : on explore des sentiers possibles vers l’avenir, qui sont chaotiques, totalement incertains. Et donc on fait des hypothèses sur des évolutions, ou des scénarios à vingt, trente, quarante, cinquante ans, voire le siècle. (...) Je crois à la nécessité de la prospective parce qu’elle est une partie du processus de décision, notamment pour faire des paris sur l’avenir dans le domaine de la science et de la technologie. Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation. (...)

Comment procède-t-on ? Il n’y a pas de méthode scientifique. Pour faire de la prévision technologique, il y a ce qu’on appelle les Delphi, où vous interrogez des experts, par exemple : "Quand pensez-vous que la fusion thermonucléaire va pouvoir être appliquée ?" Alors certains disent 2030, 2040, 2050. Moi j’ai tendance à dire : "Probablement jamais." Vous êtes sur une question un peu fermée, prisonnier d’une technique. Ces méthodes étaient souvent utilisées par les Américains ou les entreprises qui travaillaient notamment pour la défense ou l’aviation, là où l’avenir est, disons, à peu près programmable, même si vous savez que vous avez des verrous à faire sauter sur le plan technique

Mais, dans la plupart des domaines, ce genre de méthode ne marche pas. Alors, comment est-ce que je procède ? Eh bien, je pars des publications scientifiques, de livres, j’interroge un certain nombre de scientifiques. L’idée est, un peu comme un géologue, de repérer où des ruptures, des changements de paradigme pourraient se produire. (...)
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP