13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation

Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation

Dernière mise à jour le mardi 5 mars 2013

Article paru
sur le site "Monde Sciences" - 28 Février 2013
Visualiser l’article original


Le physicien Pierre Papon a été directeur général du CNRS et président de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Dans son livre Bref récit du futur (Albin Michel, 2012), il dresse un inventaire de ce que la science et la technologie pourraient apporter à l’horizon 2050 pour répondre aux défis qui se posent à l’humanité. Dans un grand entretien présenté en introduction du hors-série "Futur" publié par Le Monde, il décrit l’exercice prospectif auquel il s’est livré. Extraits.

Qu’est-ce que la prospective ? Tout d’abord, il faut préciser ce qu’elle n’est pas. La prospective, ce n’est pas de la prévision : on explore des sentiers possibles vers l’avenir, qui sont chaotiques, totalement incertains. Et donc on fait des hypothèses sur des évolutions, ou des scénarios à vingt, trente, quarante, cinquante ans, voire le siècle. (...) Je crois à la nécessité de la prospective parce qu’elle est une partie du processus de décision, notamment pour faire des paris sur l’avenir dans le domaine de la science et de la technologie. Si on ne fait pas de paris, on sera en panne d’innovation. (...)

Comment procède-t-on ? Il n’y a pas de méthode scientifique. Pour faire de la prévision technologique, il y a ce qu’on appelle les Delphi, où vous interrogez des experts, par exemple : "Quand pensez-vous que la fusion thermonucléaire va pouvoir être appliquée ?" Alors certains disent 2030, 2040, 2050. Moi j’ai tendance à dire : "Probablement jamais." Vous êtes sur une question un peu fermée, prisonnier d’une technique. Ces méthodes étaient souvent utilisées par les Américains ou les entreprises qui travaillaient notamment pour la défense ou l’aviation, là où l’avenir est, disons, à peu près programmable, même si vous savez que vous avez des verrous à faire sauter sur le plan technique

Mais, dans la plupart des domaines, ce genre de méthode ne marche pas. Alors, comment est-ce que je procède ? Eh bien, je pars des publications scientifiques, de livres, j’interroge un certain nombre de scientifiques. L’idée est, un peu comme un géologue, de repérer où des ruptures, des changements de paradigme pourraient se produire. (...)
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP