18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Solar Impulse : un tour du monde sous haute surveillance

Solar Impulse : un tour du monde sous haute surveillance

Dernière mise à jour le dimanche 15 février 2015

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 12 Février 2015
Visualiser l’article original


Les rangées d’écrans d’ordinateurs alignés avec des panneaux détaillants les rôles des membres de l’équipe Solar Impulse donnent à la salle vitrée un petit air de salle de contrôle des centres spatiaux de Kourou ou de Houston. Avec une particularité étonnante pour ce type de lieu : les fenêtres offrent une vue superbe sur le bleu vif de la mer Méditerranée. A l’invitation du prince Albert II, une bonne partie de l’équipe suisse Solar Impulse pourra surveiller la totalité de la tentative de tour du monde avec escales de l’avion solaire depuis ce centre de contrôle flambant neuf qui a été installé dans les locaux de l’Auditorium Rainier III au cœur de la principauté de Monaco.

L’immense avion solaire suisse Solar Impulse 2 est actuellement en attente à Abu Dhabi, point de départ d’un tour du monde qui devrait démarrer le 1er mars prochain. Ses deux pilotes, qui se succéderont aux commande de l’étrange appareil, le célèbre aventurier Bertrand Piccard et le pilote professionnel André Borschberg, étaient cette semaine à Monaco pour inaugurer ce tout nouveau centre de contrôle, financé par la Principauté de Monaco, la Fondation Prince Albert II et MoëtHennessy, nouveau sponsor de l’aventure Solar Impulse.

L’installation d’un centre de contrôle qui sera actif 24h/24 a été rendue indispensable par les très longues étapes transocéaniques, au dessus du Pacifique et de l’Atlantique. « Ca ne serait pas indispensable avec les étapes continentales de moins de 24 heures, explique André Borschberg. Car quand on décolle le matin, les prévisions météorologiques sont suffisamment fiables pour ne pas avoir de mauvaise surprise en arrivant le soir. En revanche, avec des vols qui vont durer pendant 5 jours et 5 nuits, la météo étudiée lors du départ ne sera plus du tout assez fiable 5 jours après. Il devient indispensable d’avoir un suivi permanent du vol, et d’adapter le routage avec les météorologistes de l’équipes », qui seront installés en permanence au centre de contrôle.

« L’avion peut voler presque indéfiniment, jour et nuit, mais la véritable limite est humaine ».

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP