21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Submersion marine. Cinq communes sur la sellette

Submersion marine. Cinq communes sur la sellette

Dernière mise à jour le lundi 8 septembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Août 2014
Visualiser l’article original


Les communes littorales vont devoir se soumettre aux plans de prévention contre les submersions marines.
Ce dispositif adopté après la catastrophe Xynthia commence à se mettre en place dans le Morbihan, comme à Damgan et dans la presqu’île de Rhuys. Depuis le début de la semine, la foule se presse en mairie d’Arzon et de Sarzeau, moins au Tour-du-Parc, mais la même inquiétude de la part des visiteurs :
ma maison est-elle en zone inondable ?
L’enquête publique concernant le PPRL (Plan de prévention des risques littoraux), a démarré sur le littoral sud morbihannais, plus précisément sur Damgan et quatre communes de la presqu’île de Rhuys : Le Tour-du-Parc, Sarzeau, Saint-Gildas, Arzon. Trois commissaires enquêteurs vont se succéder dans ces différentes mairies jusqu’au 22 septembre pour recevoir le public. Ils auront alors un mois pour remettre leur avis. La décision de faire appliquer ce plan reviendra ensuite au préfet. Trois zones d’aléas Ce PPRL est destiné à établir des règles d’urbanisme plus contraignantes dans les zones proches du rivage soumises à trois risques : l’élévation du niveau marin, l’érosion et les déferlements en cas de gros événements climatiques. Les PLU (plans locaux d’urbanisme) devront en tenir compte.
Les personnes et les biens situés dans ces zones seront soumis du coup à trois niveaux d’aléas : faible, moyen et fort à très fort. À chacun de ces degrés correspond une couleur sur une cartographie et des règles de construction. Pour les aléas forts (en rouge), il n’y aura plus de possibilité de construire de logements nouveaux. Pour les aléas moyens (en orange), les contraintes seront fortes. Et pour les aléas faibles (en bleu), les constructions nouvelles seront autorisées. En revanche, il n’y a pas de zone noire imposant des destructions.
Le souvenir de Xynthia Ce PPRL a été réalisé selon des relevés topographiques effectués par avion au laser, l’étude des houles, un historique des événements passés depuis 1705, une prévision d’élévation du niveau marin de 60 cm à horizon 2100 et une modélisation mathématique des submersions en considérant les possibilités de rupture des cordons dunaire et la vitesse d’inondation. Ils sont prévus pour que ne se reproduise plus l’effroyable scénario de la tempête Xynthia de 2010 en Vendée et Charente-Maritime, où des habitants s’étaient retrouvés piégés dans leurs maisons. On ne pourra plus construire comme on veut en fonction de l’intensité du risque encouru. Les prises devront être surélevées, les volets roulants électriques seront interdits, des niveaux de plancher seront définis en fonction du niveau de la mer.
Les communes réservées !

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP