20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Submersion marine. Cinq communes sur la sellette

Submersion marine. Cinq communes sur la sellette

Dernière mise à jour le lundi 8 septembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Août 2014
Visualiser l’article original


Les communes littorales vont devoir se soumettre aux plans de prévention contre les submersions marines.
Ce dispositif adopté après la catastrophe Xynthia commence à se mettre en place dans le Morbihan, comme à Damgan et dans la presqu’île de Rhuys. Depuis le début de la semine, la foule se presse en mairie d’Arzon et de Sarzeau, moins au Tour-du-Parc, mais la même inquiétude de la part des visiteurs :
ma maison est-elle en zone inondable ?
L’enquête publique concernant le PPRL (Plan de prévention des risques littoraux), a démarré sur le littoral sud morbihannais, plus précisément sur Damgan et quatre communes de la presqu’île de Rhuys : Le Tour-du-Parc, Sarzeau, Saint-Gildas, Arzon. Trois commissaires enquêteurs vont se succéder dans ces différentes mairies jusqu’au 22 septembre pour recevoir le public. Ils auront alors un mois pour remettre leur avis. La décision de faire appliquer ce plan reviendra ensuite au préfet. Trois zones d’aléas Ce PPRL est destiné à établir des règles d’urbanisme plus contraignantes dans les zones proches du rivage soumises à trois risques : l’élévation du niveau marin, l’érosion et les déferlements en cas de gros événements climatiques. Les PLU (plans locaux d’urbanisme) devront en tenir compte.
Les personnes et les biens situés dans ces zones seront soumis du coup à trois niveaux d’aléas : faible, moyen et fort à très fort. À chacun de ces degrés correspond une couleur sur une cartographie et des règles de construction. Pour les aléas forts (en rouge), il n’y aura plus de possibilité de construire de logements nouveaux. Pour les aléas moyens (en orange), les contraintes seront fortes. Et pour les aléas faibles (en bleu), les constructions nouvelles seront autorisées. En revanche, il n’y a pas de zone noire imposant des destructions.
Le souvenir de Xynthia Ce PPRL a été réalisé selon des relevés topographiques effectués par avion au laser, l’étude des houles, un historique des événements passés depuis 1705, une prévision d’élévation du niveau marin de 60 cm à horizon 2100 et une modélisation mathématique des submersions en considérant les possibilités de rupture des cordons dunaire et la vitesse d’inondation. Ils sont prévus pour que ne se reproduise plus l’effroyable scénario de la tempête Xynthia de 2010 en Vendée et Charente-Maritime, où des habitants s’étaient retrouvés piégés dans leurs maisons. On ne pourra plus construire comme on veut en fonction de l’intensité du risque encouru. Les prises devront être surélevées, les volets roulants électriques seront interdits, des niveaux de plancher seront définis en fonction du niveau de la mer.
Les communes réservées !

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP