15 décembre : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendue14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !
Accueil > Actualités de la mer > Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Dernière mise à jour le jeudi 28 juin 2012

Article paru sur le site "Le Figaro" - lundi 25 Juin 2012
Visualiser l’article original



Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Le figaro Cyrille Vanlerberghe - le 25/06/2012
Des recherches vont permettre de faire la sélection des meilleures huîtres perlières.

Dans un simple local situé à quelques mètres des eaux claires du lagon de Vairao au sud de l’île de Tahiti se trouvent de longs et minces bacs remplis de quelques centimètres d’eau. « C’est notre nursery », explique avec fierté Gilles Le Moullac, responsable du laboratoire de domestication de l’huître perlière au centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer. Il plonge la main dans un bac et sort de l’eau des dizaines de petits flocons sombres d’à peine un millimètre de diamètre. « Chaque petit point est un naissain d’huître », précise le scientifique.

La maîtrise de l’élevage des mollusques fait partie des nombreuses recherches menées au centre Ifremer de Vairao pour améliorer la qualité des perles noires de Tahiti. La culture des perles est un enjeu économique majeur pour la Polynésie française, et représente la deuxième ressource économique après le tourisme. « La perliculture a aussi un rôle social important, car elle permet à des populations de vivre sur des îles très éloignées », remarque Yannick Gueguen, responsable du projet développement durable de l’huître perlière à l’Ifremer.

Or, depuis 2007, le secteur connaît une crise importante, principalement à cause d’une production trop abondante et d’une qualité mal maîtrisée. « Sur cent perles de culture cultivées à Tahiti, seules cinq sont des “top gemmes”, avec une valeur marchande très forte, le reste est beaucoup moins intéressant ou doit même parfois partir au rebut », résume Marc Taquet, directeur du centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer.

La culture des perles en Polynésie a démarré avec l’importation de méthodes de greffes venues du Japon. L’opération est délicate et le savoir-faire du greffeur joue sur la qualité finale de la perle. Un petit greffon de chair est d’abord prélevé sur le manteau d’une huître donneuse, la partie du corps qui produit la nacre de la coquille. Ce greffon est ensuite inséré par une incision dans la poche reproductrice de l’huître receveuse, avec une petite bille de calcite, le nucléus. Grâce au greffon, l’huître va ensuite recouvrir de nacre le nucléus, produisant au bout de 12 à 18 mois une perle d’une taille qui peut être commercialisable.
Taille et régularité très variables

Lire l’article complet ...-



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP