23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux
Accueil > Actualités de la mer > Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Dernière mise à jour le jeudi 28 juin 2012

Article paru sur le site "Le Figaro" - lundi 25 Juin 2012
Visualiser l’article original



Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Le figaro Cyrille Vanlerberghe - le 25/06/2012
Des recherches vont permettre de faire la sélection des meilleures huîtres perlières.

Dans un simple local situé à quelques mètres des eaux claires du lagon de Vairao au sud de l’île de Tahiti se trouvent de longs et minces bacs remplis de quelques centimètres d’eau. « C’est notre nursery », explique avec fierté Gilles Le Moullac, responsable du laboratoire de domestication de l’huître perlière au centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer. Il plonge la main dans un bac et sort de l’eau des dizaines de petits flocons sombres d’à peine un millimètre de diamètre. « Chaque petit point est un naissain d’huître », précise le scientifique.

La maîtrise de l’élevage des mollusques fait partie des nombreuses recherches menées au centre Ifremer de Vairao pour améliorer la qualité des perles noires de Tahiti. La culture des perles est un enjeu économique majeur pour la Polynésie française, et représente la deuxième ressource économique après le tourisme. « La perliculture a aussi un rôle social important, car elle permet à des populations de vivre sur des îles très éloignées », remarque Yannick Gueguen, responsable du projet développement durable de l’huître perlière à l’Ifremer.

Or, depuis 2007, le secteur connaît une crise importante, principalement à cause d’une production trop abondante et d’une qualité mal maîtrisée. « Sur cent perles de culture cultivées à Tahiti, seules cinq sont des “top gemmes”, avec une valeur marchande très forte, le reste est beaucoup moins intéressant ou doit même parfois partir au rebut », résume Marc Taquet, directeur du centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer.

La culture des perles en Polynésie a démarré avec l’importation de méthodes de greffes venues du Japon. L’opération est délicate et le savoir-faire du greffeur joue sur la qualité finale de la perle. Un petit greffon de chair est d’abord prélevé sur le manteau d’une huître donneuse, la partie du corps qui produit la nacre de la coquille. Ce greffon est ensuite inséré par une incision dans la poche reproductrice de l’huître receveuse, avec une petite bille de calcite, le nucléus. Grâce au greffon, l’huître va ensuite recouvrir de nacre le nucléus, produisant au bout de 12 à 18 mois une perle d’une taille qui peut être commercialisable.
Taille et régularité très variables

Lire l’article complet ...-



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP