20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Dernière mise à jour le jeudi 28 juin 2012

Article paru sur le site "Le Figaro" - lundi 25 Juin 2012
Visualiser l’article original



Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Le figaro Cyrille Vanlerberghe - le 25/06/2012
Des recherches vont permettre de faire la sélection des meilleures huîtres perlières.

Dans un simple local situé à quelques mètres des eaux claires du lagon de Vairao au sud de l’île de Tahiti se trouvent de longs et minces bacs remplis de quelques centimètres d’eau. « C’est notre nursery », explique avec fierté Gilles Le Moullac, responsable du laboratoire de domestication de l’huître perlière au centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer. Il plonge la main dans un bac et sort de l’eau des dizaines de petits flocons sombres d’à peine un millimètre de diamètre. « Chaque petit point est un naissain d’huître », précise le scientifique.

La maîtrise de l’élevage des mollusques fait partie des nombreuses recherches menées au centre Ifremer de Vairao pour améliorer la qualité des perles noires de Tahiti. La culture des perles est un enjeu économique majeur pour la Polynésie française, et représente la deuxième ressource économique après le tourisme. « La perliculture a aussi un rôle social important, car elle permet à des populations de vivre sur des îles très éloignées », remarque Yannick Gueguen, responsable du projet développement durable de l’huître perlière à l’Ifremer.

Or, depuis 2007, le secteur connaît une crise importante, principalement à cause d’une production trop abondante et d’une qualité mal maîtrisée. « Sur cent perles de culture cultivées à Tahiti, seules cinq sont des “top gemmes”, avec une valeur marchande très forte, le reste est beaucoup moins intéressant ou doit même parfois partir au rebut », résume Marc Taquet, directeur du centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer.

La culture des perles en Polynésie a démarré avec l’importation de méthodes de greffes venues du Japon. L’opération est délicate et le savoir-faire du greffeur joue sur la qualité finale de la perle. Un petit greffon de chair est d’abord prélevé sur le manteau d’une huître donneuse, la partie du corps qui produit la nacre de la coquille. Ce greffon est ensuite inséré par une incision dans la poche reproductrice de l’huître receveuse, avec une petite bille de calcite, le nucléus. Grâce au greffon, l’huître va ensuite recouvrir de nacre le nucléus, produisant au bout de 12 à 18 mois une perle d’une taille qui peut être commercialisable.
Taille et régularité très variables

Lire l’article complet ...-



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP