11 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Dernière mise à jour le jeudi 28 juin 2012

Article paru sur le site "Le Figaro" - lundi 25 Juin 2012
Visualiser l’article original



Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles noires

Le figaro Cyrille Vanlerberghe - le 25/06/2012
Des recherches vont permettre de faire la sélection des meilleures huîtres perlières.

Dans un simple local situé à quelques mètres des eaux claires du lagon de Vairao au sud de l’île de Tahiti se trouvent de longs et minces bacs remplis de quelques centimètres d’eau. « C’est notre nursery », explique avec fierté Gilles Le Moullac, responsable du laboratoire de domestication de l’huître perlière au centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer. Il plonge la main dans un bac et sort de l’eau des dizaines de petits flocons sombres d’à peine un millimètre de diamètre. « Chaque petit point est un naissain d’huître », précise le scientifique.

La maîtrise de l’élevage des mollusques fait partie des nombreuses recherches menées au centre Ifremer de Vairao pour améliorer la qualité des perles noires de Tahiti. La culture des perles est un enjeu économique majeur pour la Polynésie française, et représente la deuxième ressource économique après le tourisme. « La perliculture a aussi un rôle social important, car elle permet à des populations de vivre sur des îles très éloignées », remarque Yannick Gueguen, responsable du projet développement durable de l’huître perlière à l’Ifremer.

Or, depuis 2007, le secteur connaît une crise importante, principalement à cause d’une production trop abondante et d’une qualité mal maîtrisée. « Sur cent perles de culture cultivées à Tahiti, seules cinq sont des “top gemmes”, avec une valeur marchande très forte, le reste est beaucoup moins intéressant ou doit même parfois partir au rebut », résume Marc Taquet, directeur du centre de recherche du Pacifique de l’Ifremer.

La culture des perles en Polynésie a démarré avec l’importation de méthodes de greffes venues du Japon. L’opération est délicate et le savoir-faire du greffeur joue sur la qualité finale de la perle. Un petit greffon de chair est d’abord prélevé sur le manteau d’une huître donneuse, la partie du corps qui produit la nacre de la coquille. Ce greffon est ensuite inséré par une incision dans la poche reproductrice de l’huître receveuse, avec une petite bille de calcite, le nucléus. Grâce au greffon, l’huître va ensuite recouvrir de nacre le nucléus, produisant au bout de 12 à 18 mois une perle d’une taille qui peut être commercialisable.
Taille et régularité très variables

Lire l’article complet ...-



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP