19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Tara. « Il y a des déchets plastique partout »

Tara. « Il y a des déchets plastique partout »

Dernière mise à jour le vendredi 21 novembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Novembre 2014
Visualiser l’article original



La goélette Tara est attendue à Lorient le samedi 22 novembre, au terme d’une expédition de sept mois en mer Méditerranée, à la chasse aux déchets plastique.
Entretien avec le capitaine du voilier, Martin Hertau, à quelques jours de la fin de cette campagne scientifique et de sensibilisation du grand public.
Quels sont les objectifs scientifiques de l’expédition Tara Méditerranée ?
C’est une mission d’études sur les déchets plastiques en mer Méditerranée : répartition spatiale des fragments de plastique flottants - des déchets de 0,3 mm à 50 mm - mais aussi leurs caractéristiques chimiques. Ainsi que les microbes attachés à ces plastiques et le plancton en contact avec ces fragments.
Pourquoi avoir choisi la mer Méditerranée ?
En raison de ses particularités... 90 % des déchets que l’on trouve dans cette mer proviennent de la terre. Les zones côtières méditerranéennes abritent une très forte densité de population. Et 30 % du trafic maritime mondial s’y concentre. Bien qu’elle ne représente que 0,8 % de la surface océanique mondiale, la Méditerranée abrite 8 % de la diversité biologique marine mondiale.
C’est une mer quasi-fermée dont l’eau met 90 ans à se renouveler.
Comment avez-vous procédé techniquement ?
Nous avons utilisé un filet manta - un filet de surface avec des ailes, d’où son nom pour collecter les micro et macro-déchets entre la surface de l’eau et 20 cm de profondeur. C’est le même principe que celui utilisé sur les missions de 2011 (Pacifique) et 2013 (Arctique) mais en plus léger.
Les prélèvements ont été faits en différents endroits : loin des grandes villes, au large des métropoles et dans les courants - à l’intérieur, à l’extérieur et dans les courants proprement dits.
Quels sont les premiers enseignements ?
Nous avons réalisé 280 filets mantas en sept mois...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP