19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > Tara Oceans : « Nous avons maintenant un trésor dans les bras »

Tara Oceans : « Nous avons maintenant un trésor dans les bras »

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Futura Sciences" - Mercredi 04 Avril 2012
Visualiser l’article original



Tara Oceans : « Nous avons maintenant un trésor dans les bras »

Par Jean-Luc Goudet

Le navire Tara revenu à Lorient, une autre aventure commence : celle de l’analyse des données récoltées autour du monde, et qui concernent notamment le plancton. Christian Sardet, l’un des fondateurs et des coordinateurs scientifiques de l’expédition Tara Oceans, est biologiste à Villefranche-sur-mer. Il nous explique pourquoi l’exploitation des données est aujourd’hui un vrai défi.

« Concernant l’étude du plancton, Tara Oceans est l’expédition la plus large et la plus ambitieuse depuis Challenger », affirme d’emblée Christian Sardet, biologiste, chercheur au CNRS à Villefranche-sur-mer et spécialiste de tout ce que l’on a du mal à voir à l’œil nu dans l’eau de mer. Pour mieux comprendre son travail et sa passion, une bonne solution est de visiter l’extraordinaire galerie de vidéos et de photos, Les chroniques du plancton, à mi-chemin entre art et biologie marine.

Le Challenger, c’est le nom du navire britannique qui effectua entre 1872 et 1876 la première grande campagne océanographique. Jamais auparavant, on n’avait poussé aussi loin l’exploration des mers ni étudié l’océan mondial en tant que tel. Au bilan figurent la découverte de milliers de nouvelles espèces mais aussi de la dorsale médioatlantique ou de la fosse des Mariannes, sans oublier les données sur les températures, les salinités et les courants, en surface et en profondeur.

Tara réunissait biologistes, physiciens et océanographes

La comparaison a donc de la force… Comme nous l’expliquait Gabriel Gorsky, l’expédition Tara Oceans est très différente d’une campagne océanographique effectuée sur de grands navires, qui concentrent plusieurs équipes sur des missions assez courtes et précisément définies avant le départ. « Les campagnes donnent d’excellentes photographies de la situation mais il est difficile de passer à une échelle plus globale » confirme Christian Sardet.

Pendant deux ans et demi, la mission Tara Oceans, elle, a effectué des séries de mesures, toutes de manière identique, lors de « stations », lorsque le navire est immobilisé dans une zone intéressante (tourbillon, remontée d’eau, station de référence). Il s’agissait pour l’essentiel d’étudier le plancton, mais quand l’équipage descendait à l’eau « la rosette », cet ensemble de bouteilles de prélèvements et d’appareils de mesure (250 kg une fois les bouteilles emplies), c’est une série de données physicochimiques (températures, salinités, etc.) sur la colonne d’eau qui était enregistrées. Le travail était donc puissamment multidisciplinaire.

« Pour le guidage du navire [c’est-à-dire trouver les emplacements les mieux adaptés pour les stations, nous reviendrons sur ce sujet, NDLR], les physiciens étaient à la manœuvre, mais pour l’identification des espèces, les biologistes prenaient le relais. Ce n’est pas si facile ! »

Sur les prélèvements eux-mêmes, plusieurs métiers étaient mobilisés. « Nous associons systématiquement l’imagerie, la génétique et l’étude des paramètres physicochimiques, poursuit Christian Sardet. Ainsi, nous avions une vue complète du plancton, des virus aux siphonophores en passant par les bactéries et les larves de poissons ou d’invertébrés. »

Effectué tout au long de l’expédition, dans tous les océans du monde, ce travail donne donc une image précise et globale du plancton à l’échelle planétaire à l’époque actuelle. « Nous savons déjà que la collecte est un grand succès. Maintenant, nous avons un trésor sur les bras ! Le challenge, aujourd’hui, est d’exploiter au mieux les données. Il faudra beaucoup de temps… »



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP