22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > "Tara-Océans" : navigation de l’extrême dans le passage du Nord-Est

"Tara-Océans" : navigation de l’extrême dans le passage du Nord-Est

Dernière mise à jour le mercredi 21 août 2013

Article paru
sur le site "La Croix" - 15 Août 2013
Visualiser l’article original


La goélette océanographique Tara, partie de France le 19 mai pour un tour complet d’Est en Ouest de l’océan Arctique afin d’en étudier l’écosystème marin, est bloquée depuis 48H par la banquise en plein passage du Nord-Est, par 78° Nord, à l’extrémité septentrionale de la Sibérie Orientale.

Les 7 membres d’équipage et les 7 scientifiques du bord (océanographes, biologistes marins) doivent prendre leur mal en patience. Tara est immobilisée en eau libre à l’entrée du détroit Vilkitski, long d’une centaine de km et large d’une cinquantaine, entre le cap Tcheliouskine et l’île Bolchevik, passage obligé vers l’Est entre les mers de Kara et des Laptev, mais encore totalement bloqué par la banquise au mois d’août cette année.

"Plusieurs autres gros bateaux sont également immobilisés, ainsi qu’un brise-glace russe, a indiqué à l’AFP par téléphone satellite, le capitaine de Tara, Loïc Valette. L’année dernière à la même époque, le détroit était navigable, mais cette année, la débâcle de la banquise d’été permettant la navigation pendant trois mois dans le passage du Nord-Est a pris du retard".

Cette permanence de la banquise dans le détroit Vilkitski en août, s’explique par le printemps extrêmement froid qu’a connu l’Arctique cette année : "les grands fleuves sibériens comme l’Ienisseï et la Lena qui apportent dans l’océan glacial de l’eau plus chaude, ont fondu avec deux à trois semaines de retard, a expliqué à l’AFP Christian de Marliave, scientifique spécialiste des pôles. Ce décalage dans le temps s’est trouvé répercuté sur la débâcle de la banquise d’été le long des côtes de Sibérie".

François-Joseph, la perle de l’Arctique

C’est encore une fois la nature et elle seule qui décidera de la poursuite de la circumnavigation arctique de la goélette, une course de 25.000 km, qui doit dans un mois, de l’autre côté du pôle Nord, franchir fin septembre dans les confins glacés du grand nord canadien, le passage du Nord-Ouest, entre ce pays et le Groenland.

Seuls deux voiliers de plaisance ont réussi à ce jour le tour complet de l’Arctique en été, par les passages du Nord-Est (Russie) et Nord-Ouest (Canada).

Mais s’ils sont actuellement immobilisés, les scientifiques de Tara ne sont pas inactifs : "nous en profitons pour réaliser de nouvelles stations de prélèvement de plancton en lisière de banquise, là où ces micro-organismes, objet de notre mission d’étude, sont foisonnants", a indiqué Loïc Valette.

Avant de venir buter contre le mur de glace du détroit Vilkitski, les "Taranautes" ont découvert au septentrion de la Sibérie, "la perle de l’Arctique", l’archipel François-Joseph et ses 191 îles inhabitées, à moins de 1.000 km du pôle Nord géographique.

"Nous avons navigué au radar, sur la chaussée des icebergs géants, dans un brouillard à couper à la hache, a raconté le capitaine de Tara. Pâle et improbable clarté du jour permanent... Ecran radar constellé de taches vertes signalant les monstres de glace de toutes formes et sculptures... Navigation de l’extrême et extrême vigilance à très petite vitesse..."

Mais les 14 "copains du bord" ont vite été récompensés de leurs parcours à travers ce champ de mines glacé. Le Noroît s’est levé et a balayé l’océan de ouate en suspension, faisant surgir des flots les côtes de l’archipel couvertes d’immenses glaciers se jetant dans la mer.

Avec ses 36 mètres de long et ses mâts de 27 mètres, Tara a slalomé comme un bateau modèle réduit, le long de titans glacés et dérivant dont certains dépassaient la centaine de mètres de hauteur.

Puis vinrent les cris des oiseaux marins qui par milliers nichent sur le littoral de François-Joseph, au creux des corniches basaltiques, guillemots, mouettes miroir et goélands, mergules nains ou pingouin (à ne pas confondre avec les manchots de l’Antarctique)...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP