19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > Tara Pacific. La Station biologique à bord

Tara Pacific. La Station biologique à bord

Dernière mise à jour le mardi 6 février 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Janvier 2018
Visualiser l’article original


Depuis plus d’un an, le bateau Tara arpente l’océan Pacifique pour dresser un bilan de l’état de santé du récif corallien.
Sont étudiés, les poissons, les coraux mais aussi le plancton de cet écosystème fragile.
C’est la raison pour laquelle deux scientifiques de la Station biologique de Roscoff ont pu embarquer.
Elles nous racontent leur travail. À l’âge de 10 ans, Sarah Romac découvre les expéditions vers les pôles de Jean-Louis Étienne sur son « Antartica », et attrape le virus de la science... mais aussi de l’aventure. Alors quand, à l’été 2016, elle monte à bord du même bateau, aujourd’hui devenu Tara, pour la mission Pacifique, c’est l’aboutissement d’un rêve.
« Je me suis dit wouah ! C’est une chance d’allier la recherche et le terrain ! ». Depuis le début de la mission, la jeune femme de 35 ans a embarqué quatre fois : au Panama, pour le début des prélèvements, en Polynésie française, au Japon et enfin en Nouvelle-Zélande, cet été, pour la remise en état du bateau avant la deuxième partie de l’expédition.
« Pas une croisière ! »
Autant d’escales qui font rêver. « Mais ce n’est pas une croisière ! », précise la jeune femme accompagnée de Morgane Ratin, 36 ans, qui a, elle aussi, embarqué six semaines, à la fin de l’été, entre Sydney et Nouméa. À bord, les journées démarrent à 7 h. Les scientifiques embarquent sur des semi-rigides pour rejoindre les lieux de travail.
« Contrairement aux autres expéditions où tout se faisait depuis Tara, on est obligé de travailler depuis des annexes car il y a peu de profondeur ». Pendant les prélèvements de coraux et de poissons, « un plongeur dirige le tuyau pour prélever l’eau.
Et sur le semi-rigide, l’autre pompe à la main. C’est du sport ! On prélève 100 litres d’eau de mer, au plus près des colonies », détaille Sarah Romac. L’après-midi, rebelote, avec l’eau de surface du récif : l’équipe plancton prélève de nouveau 100 litres d’eau, à la surface. Un plongeur réalise aussi des prélèvements avec un filet à plancton accroché sur un scooter sous-marin. Ensuite, c’est le moment du traitement : l’eau est filtrée puis fixée. Avant de rejoindre les 23 laboratoires partenaires, dont la Station biologique de Roscoff.

Cruciaux prélèvements

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP