21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été 29 mai : Moules Mystérieuse hécatombe en rade de Brest12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque
Accueil > Actualités de la mer > Tara. Plongée dans les récifs coralliens

Tara. Plongée dans les récifs coralliens

Dernière mise à jour le mercredi 1er juin 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 28 Mai 2016
Visualiser l’article original


Depuis 2003, la goélette scientifique Tara sillonne les continents.
Aujourd’hui, elle quittera Lorient pour sa 11e expédition. Son port d’attache se prépare à hisser le grand pavois pour le départ de l’équipe de chercheurs qui, pendant deux ans et demi, vont ausculter les récifs coralliens du Pacifique.
Trois ans après sa dernière grande expédition, « Tara Oceans » (2009-2013), qui l’avait menée dans les eaux de l’Arctique pour mieux connaître l’écosystème planctonique marin, Tara larguera les amarres aujourd’hui pour mettre le cap sur l’Asie et le Pacifique. Arrivée fin novembre 2014 à Lorient, son port d’attache, la goélette s’attaque à un nouveau défi : d’ici septembre 2018, parcourir 100.000 km et voguer sur sept mers et océans (océan Atlantique, mer des Caraïbes, océan Pacifique sud, mers de Chine orientale et méridionale, mer des Salomon, mer de Corail).
L’objectif de cette 11e expédition étant de dresser un état des lieux de la biodiversité corallienne. Selon Serge Planes, chercheur au CNRS et directeur scientifique de l’expédition, « Tara Pacific tentera de dévoiler la biodiversité d’un récif. Le but est de se faire une idée réelle de la diversité globale d’une colonie corallienne ».
Une équipe de 70 scientifiques
Durant ces deux ans et demi, l’équipe de Tara va prélever 40.000 échantillons susceptibles d’apporter de nouveaux éléments sur le rôle encore inconnu d’organismes comme les virus, bactéries et micro-algues impliqués dans l’adaptation des récifs coralliens et d’appréhender leurs capacités d’adaptation aux changements climatiques et environnementaux.
Pour l’équipage de Tara, composé de six marins et sept scientifiques en permanence (sur les 70 scientifiques interterdisciplinaires coordonnés par le CNRS et le Centre scientifique de Monaco, qui se relaieront à bord), ce seront 30 pays visités donnant lieu à 70 escales et à une traversée (la plus longue) de 31 jours de navigation qui les mènera (sans escale) de Taiwan à Fidji.
Lorient en fête pour son départ

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP