13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Tara. Plongée dans les récifs coralliens

Tara. Plongée dans les récifs coralliens

Dernière mise à jour le mercredi 1er juin 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 28 Mai 2016
Visualiser l’article original


Depuis 2003, la goélette scientifique Tara sillonne les continents.
Aujourd’hui, elle quittera Lorient pour sa 11e expédition. Son port d’attache se prépare à hisser le grand pavois pour le départ de l’équipe de chercheurs qui, pendant deux ans et demi, vont ausculter les récifs coralliens du Pacifique.
Trois ans après sa dernière grande expédition, « Tara Oceans » (2009-2013), qui l’avait menée dans les eaux de l’Arctique pour mieux connaître l’écosystème planctonique marin, Tara larguera les amarres aujourd’hui pour mettre le cap sur l’Asie et le Pacifique. Arrivée fin novembre 2014 à Lorient, son port d’attache, la goélette s’attaque à un nouveau défi : d’ici septembre 2018, parcourir 100.000 km et voguer sur sept mers et océans (océan Atlantique, mer des Caraïbes, océan Pacifique sud, mers de Chine orientale et méridionale, mer des Salomon, mer de Corail).
L’objectif de cette 11e expédition étant de dresser un état des lieux de la biodiversité corallienne. Selon Serge Planes, chercheur au CNRS et directeur scientifique de l’expédition, « Tara Pacific tentera de dévoiler la biodiversité d’un récif. Le but est de se faire une idée réelle de la diversité globale d’une colonie corallienne ».
Une équipe de 70 scientifiques
Durant ces deux ans et demi, l’équipe de Tara va prélever 40.000 échantillons susceptibles d’apporter de nouveaux éléments sur le rôle encore inconnu d’organismes comme les virus, bactéries et micro-algues impliqués dans l’adaptation des récifs coralliens et d’appréhender leurs capacités d’adaptation aux changements climatiques et environnementaux.
Pour l’équipage de Tara, composé de six marins et sept scientifiques en permanence (sur les 70 scientifiques interterdisciplinaires coordonnés par le CNRS et le Centre scientifique de Monaco, qui se relaieront à bord), ce seront 30 pays visités donnant lieu à 70 escales et à une traversée (la plus longue) de 31 jours de navigation qui les mènera (sans escale) de Taiwan à Fidji.
Lorient en fête pour son départ

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP