21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Thon rouge. Retour sous haute surveillance

Thon rouge. Retour sous haute surveillance

Dernière mise à jour le jeudi 13 novembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Novembre 2014
Visualiser l’article original



Le thon rouge a opéré un retour spectaculaire en Méditerranée et dans l’est de l’Atlantique, mais cela ne signifie pas qu’un stock durable soit déjà rétabli, met en garde Sylvain Bonhommeau, chercheur en écologie marine à l’Ifremer, à Sète.
Sylvain Bonhommeau est membre du comité scientifique de la Cicta, organisation des pays pêcheurs chargée cette semaine de renouveler le quota de pêche du fameux poisson largement exporté vers le Japon.
Que peut-on dire de la situation du thon rouge, qui il y a moins de dix ans a manqué de se retrouver sur la liste des espèces menacées de l’ONU ?
On a énormément de signes positifs, à travers les captures et, dans une moindre mesure, des campagnes de type suivis aériens dans le Golfe du Lion. En intégrant le tout dans nos modèles, on arrive à 550.000 tonnes de reproducteurs (on était tombé à 150.000 au milieu des années 2000, ndlr). Pourquoi ?
On est passé de 55-60.000 tonnes pêchées par an à la fin des années 90/début 2000 à un quota de 13.500 tonnes : on a divisé pratiquement par cinq le nombre de poissons pêchés ! On pouvait s’attendre à ce que la population reparte.
Mais après, la question c’est « le stock s’est-il rétabli ? Est-il capable de se renouveler ? »
Et là, on ne peut pas encore répondre. Des signes peuvent nous dire que oui mais on n’est pas à 100 % sûr s’il sera rétabli cette année, ou s’il va l’être dans un, deux, trois ans...
Pourquoi cette prudence ? Que recommandez-vous dès lors aux Etats ?
C’est tout le problème que d’avoir des modèles basés sur des données de pêcheries et pas des données scientifiques, dont on maîtrise le protocole. Par exemple nous n’avons plus d’information sur les petits thons pêchés par les canneurs espagnols, qui depuis deux ans vendent leurs quotas aux senneurs (pêcheurs industriels, ndlr). On a la même chose sur les madragues espagnoles (mode de pêche traditionnel), qui l’an dernier n’ont pas autorisé l’accès aux scientifiques.
Nos modèles sont basés sur sept indices, et six sur sept ont changé. L’explosion que vous voyez est donc à prendre avec des pincettes. On a moins d’incertitude sur un marché boursier que sur une valeur de biomasse féconde du thon rouge... C’est pour ça que ça reste assez flou et qu’on recommande soit un maintien du quota, soit une augmentation « modérée et graduelle ». Juste ne passez pas de 13.500 tonnes à 30.000 d’un seul coup, car on ne sera pas capable de voir les effets sur la population avant deux-trois ans.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP