20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Thon rouge. Retour sous haute surveillance

Thon rouge. Retour sous haute surveillance

Dernière mise à jour le jeudi 13 novembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Novembre 2014
Visualiser l’article original



Le thon rouge a opéré un retour spectaculaire en Méditerranée et dans l’est de l’Atlantique, mais cela ne signifie pas qu’un stock durable soit déjà rétabli, met en garde Sylvain Bonhommeau, chercheur en écologie marine à l’Ifremer, à Sète.
Sylvain Bonhommeau est membre du comité scientifique de la Cicta, organisation des pays pêcheurs chargée cette semaine de renouveler le quota de pêche du fameux poisson largement exporté vers le Japon.
Que peut-on dire de la situation du thon rouge, qui il y a moins de dix ans a manqué de se retrouver sur la liste des espèces menacées de l’ONU ?
On a énormément de signes positifs, à travers les captures et, dans une moindre mesure, des campagnes de type suivis aériens dans le Golfe du Lion. En intégrant le tout dans nos modèles, on arrive à 550.000 tonnes de reproducteurs (on était tombé à 150.000 au milieu des années 2000, ndlr). Pourquoi ?
On est passé de 55-60.000 tonnes pêchées par an à la fin des années 90/début 2000 à un quota de 13.500 tonnes : on a divisé pratiquement par cinq le nombre de poissons pêchés ! On pouvait s’attendre à ce que la population reparte.
Mais après, la question c’est « le stock s’est-il rétabli ? Est-il capable de se renouveler ? »
Et là, on ne peut pas encore répondre. Des signes peuvent nous dire que oui mais on n’est pas à 100 % sûr s’il sera rétabli cette année, ou s’il va l’être dans un, deux, trois ans...
Pourquoi cette prudence ? Que recommandez-vous dès lors aux Etats ?
C’est tout le problème que d’avoir des modèles basés sur des données de pêcheries et pas des données scientifiques, dont on maîtrise le protocole. Par exemple nous n’avons plus d’information sur les petits thons pêchés par les canneurs espagnols, qui depuis deux ans vendent leurs quotas aux senneurs (pêcheurs industriels, ndlr). On a la même chose sur les madragues espagnoles (mode de pêche traditionnel), qui l’an dernier n’ont pas autorisé l’accès aux scientifiques.
Nos modèles sont basés sur sept indices, et six sur sept ont changé. L’explosion que vous voyez est donc à prendre avec des pincettes. On a moins d’incertitude sur un marché boursier que sur une valeur de biomasse féconde du thon rouge... C’est pour ça que ça reste assez flou et qu’on recommande soit un maintien du quota, soit une augmentation « modérée et graduelle ». Juste ne passez pas de 13.500 tonnes à 30.000 d’un seul coup, car on ne sera pas capable de voir les effets sur la population avant deux-trois ans.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP