18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Thon tropical. Une pêche en question

Thon tropical. Une pêche en question

Dernière mise à jour le vendredi 14 novembre 2014

Article paru
sur le site "" - 00 Novembre 2014
Visualiser l’article original


Scientifiques, politiques, organisations de pêcheurs et ONG vont se pencher, à partir d’aujourd’hui sur les mesures de gestion à mettre en place pour les espèces de thonidés présentes en Atlantique et en Méditerranée. Quel est l’enjeu pour Orthongel ? L’ordre du jour sera dominé par le thon rouge. C’est un sujet important mais Orthongel n’est pas concerné. Nous espérons donc que du temps sera accordé au thon tropical. Nous militons pour la mise en place d’un gel du nombre de DCP au niveau actuel assorti d’un contrôle efficace, le temps que les scientifiques déterminent un niveau d’utilisation raisonnable de ces dispositifs, afin de maintenir une pêche durable. Nous ne sommes pas contre cette technique qui existe depuis l’Antiquité mais nous combattons son industrialisation par certaines flottilles. Ces flottilles sont passées d’un régime de chasse à un régime de cueillette. La France s’est imposée des limites dans l’utilisation de ces DCP mais pas l’Espagne. Pourquoi ? Les armateurs français se préoccupent de ce sujet depuis longtemps. Déjà en 1997, à l’initiative des armateurs français et espagnols, une interdiction de pêcher sur DCP avait été décrétée pendant deux mois dans le golfe de Guinée. Malheureusement, l’expérience ne s’est pas prolongée. En 2011, les craintes exprimées par les scientifiques ont conduit les adhérents d’Orthongel à s’imposer une autolimitation. Désormais, chacun des 22 thoniers senneurs français utilise au maximum 150 balises actives. Mais les autres flottilles n’ont pas suivi. Certaines culminent parfois à plus de 1.000 balises actives. Que demandez-vous ? Nous considérons qu’il est temps d’agir car les armateurs français ne pourront tenir cette position très longtemps. La limitation des captures a une influence négative sur le chiffre d’affaires et le salaire des marins. L’armement Sapmer, fournisseur de Petit Navire, est sur la liste noire

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP