11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon 2 janvier : Dans le bassin d’Arcachon, des producteurs d’huîtres traditionnelles lancent une pétition contre les huîtres de laboratoire1er janvier : www.Manger-la-mer.org vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2017Décembre 2016 : Réveillon : une huître sur trois est "artificielle"Décembre 2016 : Florent Tarbouriech implante en Espagne son procédé d’"huîtres solaires"Décembre 2016 : Ostréiculture. Des « huîtres espionnes » pour déjouer les voleursDécembre 2016 : Huîtres d’Étel. « Ni trop salées, ni trop iodées »Décembre 2016 : Coquilles de la rade. Tous ne jouent pas le jeuDécembre 2016 : Fêtez Noël à Océanopolis !Décembre 2016 : Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire Décembre 2016 : Pêche au bar. Les ministres ménagent les professionnelsDécembre 2016 : L’UE s’accorde sur les quotas de pêche 2017Décembre 2016 : UBS. Des pistes pour valoriser la solieria Décembre 2016 : Dauphins échoués. Un séisme sous-marin évoquéDécembre 2016 : Coquilles Saint-Jacques. Première pêche aux GlénanDécembre 2016 : Le retour inespéré de la morue du NordDécembre 2016 : Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl ?
Accueil > Actualités de la mer > Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire

Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire

Dernière mise à jour le mercredi 21 décembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Décembre 2016
Visualiser l’article original


La Marine nationale ne protégera plus les bateaux de pêche dans l’océan Indien.
Les commandos seront affectés à des tâches purement militaires. Après l’attaque de plusieurs navires, dont le Drennec à la roquette en septembre 2008, la Défense avait décidé de mettre des militaires à disposition des armateurs sur les thoniers français.
Les fréquentes actions violentes des pirates de la mer, généralement somaliens, le justifiaient. La solde des militaires restait à la charge de l’armée, mais les primes, frais de transports et de nourriture étaient payés par les armateurs.
Sur ces gros navires de 75 à 80 m, des équipes de protection embarquées (EPE) de cinq hommes armés cohabitaient avec des équipages de 25 à 28 hommes pendant sept à huit semaines. « Entre ces deux types de population - les uns très " créatifs " et les autres très disciplinés - ça s’est toujours bien passé », commente Yvon Riva, président de l’organisation professionnelle Orthongel (thon congelé et surgelé) et de l’Union des armateurs à la pêche de France (UAPF).
Gilet pare-balles à la barre

.../...

Lire l’article complet …


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP