23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire

Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire

Dernière mise à jour le mercredi 21 décembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Décembre 2016
Visualiser l’article original


La Marine nationale ne protégera plus les bateaux de pêche dans l’océan Indien.
Les commandos seront affectés à des tâches purement militaires. Après l’attaque de plusieurs navires, dont le Drennec à la roquette en septembre 2008, la Défense avait décidé de mettre des militaires à disposition des armateurs sur les thoniers français.
Les fréquentes actions violentes des pirates de la mer, généralement somaliens, le justifiaient. La solde des militaires restait à la charge de l’armée, mais les primes, frais de transports et de nourriture étaient payés par les armateurs.
Sur ces gros navires de 75 à 80 m, des équipes de protection embarquées (EPE) de cinq hommes armés cohabitaient avec des équipages de 25 à 28 hommes pendant sept à huit semaines. « Entre ces deux types de population - les uns très " créatifs " et les autres très disciplinés - ça s’est toujours bien passé », commente Yvon Riva, président de l’organisation professionnelle Orthongel (thon congelé et surgelé) et de l’Union des armateurs à la pêche de France (UAPF).
Gilet pare-balles à la barre

.../...

Lire l’article complet …


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP