18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Thons rouges de l’Atlantique : les conditions de leur sauvegarde

Thons rouges de l’Atlantique : les conditions de leur sauvegarde

Dernière mise à jour le mercredi 10 octobre 2012

Article paru
sur le site "Acttu-Environnement" - lun 08 octobre 2012
Visualiser l’article original


Maintenir les niveaux de captures au maximum à 12.900 tonnes à l’Est et à 1.750 tonnes à l’Ouest de l’Atlantique : c’est la recommandation principale du groupe de scientifiques de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA). Les 48 gouvernements membres négocient en effet pour définir de nouveaux quotas de pêche pour la période 2013-2015 d’après les estimations du comité scientifique de la CICTA (le SCRS). La réunion annuelle de la CICTA aura lieu du 12 au 19 novembre à Agadir au Maroc.

Si l’évaluation du stock réalisée en 2012, montre une augmentation de 13% depuis 2009, la population demeure encore qu’à 36 % de ce qu’elle était en 1970. De plus, l’augmentation de la population occidentale est à peine perceptible. Les scientifiques considèrent que l’incertitude et les lacunes concernant les données (notamment sur les captures illicites) dans les modèles d’évaluation ne permettent pas une augmentation des quotats. Ils craignent également que la croissance de la population soit davantage le reflet de l’augmentation des poissons migrant de l’Est vers les pêcheries de l’Ouest que l’augmentation du nombre des véritables thons rouges de l’Ouest.

Le rapport du SCRS présente des estimations qui reposent sur deux scénarios, l’un de recrutement faible et l’autre de recrutement élevé. Pour ce dernier, il y a 60 % de chances que la surpêche puisse cesser à court terme à l’Ouest de l’Altantique, si l’on fait passer les quotas de 1.750 tonnes à 1.200 t. Dans le même temps, il montre que la population de thons rouges de l’Atlantique Ouest n’a aucune chance de se reconstituer d’ici 2019 même si la pêcherie était fermée. Avec le scénario de recrutement faible, fixer les quotas au maximum à 2.000 t permettrait d’obtenir une population adulte qui fasse à peu près la même taille qu’aujourd’hui.

Dorothée Laperche
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP