10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Thons rouges de l’Atlantique : les conditions de leur sauvegarde

Thons rouges de l’Atlantique : les conditions de leur sauvegarde

Dernière mise à jour le mercredi 10 octobre 2012

Article paru
sur le site "Acttu-Environnement" - lun 08 octobre 2012
Visualiser l’article original


Maintenir les niveaux de captures au maximum à 12.900 tonnes à l’Est et à 1.750 tonnes à l’Ouest de l’Atlantique : c’est la recommandation principale du groupe de scientifiques de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA). Les 48 gouvernements membres négocient en effet pour définir de nouveaux quotas de pêche pour la période 2013-2015 d’après les estimations du comité scientifique de la CICTA (le SCRS). La réunion annuelle de la CICTA aura lieu du 12 au 19 novembre à Agadir au Maroc.

Si l’évaluation du stock réalisée en 2012, montre une augmentation de 13% depuis 2009, la population demeure encore qu’à 36 % de ce qu’elle était en 1970. De plus, l’augmentation de la population occidentale est à peine perceptible. Les scientifiques considèrent que l’incertitude et les lacunes concernant les données (notamment sur les captures illicites) dans les modèles d’évaluation ne permettent pas une augmentation des quotats. Ils craignent également que la croissance de la population soit davantage le reflet de l’augmentation des poissons migrant de l’Est vers les pêcheries de l’Ouest que l’augmentation du nombre des véritables thons rouges de l’Ouest.

Le rapport du SCRS présente des estimations qui reposent sur deux scénarios, l’un de recrutement faible et l’autre de recrutement élevé. Pour ce dernier, il y a 60 % de chances que la surpêche puisse cesser à court terme à l’Ouest de l’Altantique, si l’on fait passer les quotas de 1.750 tonnes à 1.200 t. Dans le même temps, il montre que la population de thons rouges de l’Atlantique Ouest n’a aucune chance de se reconstituer d’ici 2019 même si la pêcherie était fermée. Avec le scénario de recrutement faible, fixer les quotas au maximum à 2.000 t permettrait d’obtenir une population adulte qui fasse à peu près la même taille qu’aujourd’hui.

Dorothée Laperche
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP