15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > Thons rouges de l’Atlantique : les conditions de leur sauvegarde

Thons rouges de l’Atlantique : les conditions de leur sauvegarde

Dernière mise à jour le mercredi 10 octobre 2012

Article paru
sur le site "Acttu-Environnement" - lun 08 octobre 2012
Visualiser l’article original


Maintenir les niveaux de captures au maximum à 12.900 tonnes à l’Est et à 1.750 tonnes à l’Ouest de l’Atlantique : c’est la recommandation principale du groupe de scientifiques de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA). Les 48 gouvernements membres négocient en effet pour définir de nouveaux quotas de pêche pour la période 2013-2015 d’après les estimations du comité scientifique de la CICTA (le SCRS). La réunion annuelle de la CICTA aura lieu du 12 au 19 novembre à Agadir au Maroc.

Si l’évaluation du stock réalisée en 2012, montre une augmentation de 13% depuis 2009, la population demeure encore qu’à 36 % de ce qu’elle était en 1970. De plus, l’augmentation de la population occidentale est à peine perceptible. Les scientifiques considèrent que l’incertitude et les lacunes concernant les données (notamment sur les captures illicites) dans les modèles d’évaluation ne permettent pas une augmentation des quotats. Ils craignent également que la croissance de la population soit davantage le reflet de l’augmentation des poissons migrant de l’Est vers les pêcheries de l’Ouest que l’augmentation du nombre des véritables thons rouges de l’Ouest.

Le rapport du SCRS présente des estimations qui reposent sur deux scénarios, l’un de recrutement faible et l’autre de recrutement élevé. Pour ce dernier, il y a 60 % de chances que la surpêche puisse cesser à court terme à l’Ouest de l’Altantique, si l’on fait passer les quotas de 1.750 tonnes à 1.200 t. Dans le même temps, il montre que la population de thons rouges de l’Atlantique Ouest n’a aucune chance de se reconstituer d’ici 2019 même si la pêcherie était fermée. Avec le scénario de recrutement faible, fixer les quotas au maximum à 2.000 t permettrait d’obtenir une population adulte qui fasse à peu près la même taille qu’aujourd’hui.

Dorothée Laperche
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP