13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Titanic : "Vingt-cinq ans après, j’en ai encore le frisson"

Titanic : "Vingt-cinq ans après, j’en ai encore le frisson"

Dernière mise à jour le mercredi 18 avril 2012

Article paru sur le site "Le Point" - Vendredi 13 Avril 2012
Visualiser l’article original



Titanic : "Vingt-cinq ans après, j’en ai encore le frisson"

Par Chloé Durand-Parenti

Il est l’un des premiers pilotes à avoir plongé vers le géant englouti à bord du Nautile de l’Ifremer. Jean-Paul Justiniano revient pour Le Point.fr sur cette mission hors norme.

Le Point.fr : Dans quelles circonstances avez-vous été amené à découvrir l’épave du Titanic ?

Jean-Paul Justiniano : C’était à l’occasion de la première campagne d’exploration du navire par le Nautile en 1987. Nous avons embarqué à Ponta Delgada aux Açores et ce n’est qu’après avoir cheminé pendant près d’une semaine que nous sommes arrivés sur la zone du naufrage. Là, un premier repérage avec les sondeurs du bateau a été effectué pour localiser un peu plus précisément le secteur où l’épave reposait. Le lendemain, la première plongée était programmée. Toute l’équipe, composée d’une quinzaine de personnes, était vraiment très excitée...

Comment s’est passée la descente ?

À bord du Nautile, nous étions trois : un pilote, un copilote et un passager. Le portique du bateau a mis le sous-marin à l’eau. Les plongeurs nous ont décroché et le Nautile a commencé sa plongée : une heure quarante-cinq minutes de descente, dans une nuit noire, à une vitesse approximative de 1 mètre par seconde, pour atteindre les 3 800 mètres de profondeur. À 500 mètres du fond, nous avons ralenti et débuté une approche plus fine, au moteur, en nous guidant grâce à nos outils acoustiques de navigation. D’une part, car il ne fallait pas endommager le matériel et, d’autre part, parce que nous ne devions pas compromettre notre travail en soulevant un aveuglant nuage de sédiments.

Et votre arrivée...

Jusqu’à 20-30 mètres du fond, la visibilité était nulle, mais, très vite, notre sonar capable de détecter le moindre objet métallique à des centaines de mètres s’est affolé, saturé d’échos du fait de tous les débris éjectés du bateau brisé en deux tronçons lors du naufrage. Nous étions sans aucun doute au bon endroit, mais nous n’avions pas idée de ce que nous allions découvrir en premier en touchant le fond. À l’époque, le GPS n’existait pas ! D’abord, nous avons aperçu quelques petits objets jetés au milieu d’une grande plaine abyssale désertique, avec à peine quelques poissons. Puis, très vite, nous avons senti une pente comme une colline que nous avons gravie avec précaution. Quelques instants plus tard, nous tombions nez à nez avec l’étrave du Titanic.

Qu’avez-vous ressenti à cet instant ?

L’épave du monstre d’acier était devant nous couverte de stalactites de rouille qui lui donnaient des allures de bateau hanté. Juste au-dessus de nos têtes, nous pouvions voir les deux ancres. Tout autour de nous était sombre. Il n’y avait pas de vie, pas un bruit. Aucun de nous ne disait mot tant l’émotion était forte. C’était comme si le temps venait soudain de s’arrêter. Même 25 ans après, à chaque fois que j’y repense, j’en ai le frisson. Le choc encaissé, nous avons fait plusieurs fois le tour de l’épave, en gardant une distance raisonnable, pour inspecter la zone et repérer les dangers potentiels.

À quoi ressemblait-elle ?

Les deux morceaux de la coque étaient distants d’environ 800 mètres. La partie avant ressemblait véritablement à une épave de bateau posée majestueusement sur le fond, tandis que l’arrière était totalement déchiqueté, écrasé, arraché. Entre les deux, le sol était jonché d’objets étonnamment bien conservés : une chaudière de 15 à 20 mètres de haut, un banc, une baignoire, des sacs, des malles, des livres, des vases, un vitrail, une vasque de lavabo avec sa robinetterie et même des assiettes bien rangées en pile, sans doute initialement protégées par une caisse de bois depuis longtemps déjà dévorée par les vers.

Quelle était votre mission une fois sur place ?

Notre objectif, c’était de pouvoir montrer au monde entier les vestiges de ce navire. Remonter des films, des images, et plus tard des objets provenant du Titanic (uniquement ceux retrouvés hors de la coque). Pour nous, c’était prouver que ce bateau mythique reposait bien là, mais aussi honorer la mémoire de ceux qui avaient laissé leur vie dans le naufrage. N’en déplaise aux Américains qui ont régulièrement accusé les Français de vouloir piller l’épave, alors même que c’est à RMS Titanic, consortium américain, qu’est revenu le contenu des fouilles. Cette campagne d’exploration de 1987, organisée deux ans après la localisation de l’épave et l’euphorie de la découverte, a été au contraire empreinte d’émotion et de réserve. Chacun d’entre nous, professionnels de la mer, cherchait à s’imaginer ce que tous ces gens, pas du tout préparés à ce qui leur arrivait, avaient pu vivre cette nuit-là. Qu’avaient-ils pensé ? Qu’avaient-ils seulement compris de ce qui se passait ? Eux qui croyaient être montés à bord d’un paquebot insubmersible... Cette plongée reste pour moi inoubliable, même s’il est difficile de décrire les sentiments qu’elle a suscités. J’ai toujours eu du mal à trouver les mots pour en parler, même à mes proches. Aujourd’hui, mon seul regret est de ne pas avoir encore eu l’occasion de voir tous ces objets ensemble exposés dans un musée.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP