19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Trois millions de naissains semés en baie

Trois millions de naissains semés en baie

Dernière mise à jour le jeudi 21 juin 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 21 Juin 2012
Visualiser l’article original



Trois millions de naissains semés en baie

Depuis la semaine dernière, une vaste opération de réensemencement de la baie est en cours. Objectif : stabiliser la ressource en coquilles Saint-Jacques, en baisse constante depuis plusieurs années.

Le deuxième gisement français de coquilles Saint-Jacques, qui est aussi le plus productif d’Europe, n’est pas en danger. Mais au regard de la baisse constante de biomasse en baie de Saint-Brieuc ces dernières années, cumulée à une reproduction des coquilles jugée extrêmement faible en2010 et2011, il était devenu urgent de réagir.

Trois millions de naissains chaque année

Dès son élection, en début d’année, Alain Coudray, président du comité départemental de la pêche, a lancé une vaste opération de réensemencement (Le Télégramme du 26mars). L’objectif étant de semer chaque année, jusqu’en 2015, trois millions de naissins achetés à l’écloserie de Tinduff, à Plougastel-Daoulas (29). Coup total de l’opération : près de 800.000 €, dont 266.000 € à la charge des pêcheurs. Si la croissance de ces petites coquilles de 3 à 5cm est conforme à ce qui est attendu, elles seront pêchables en 2014. Mais ce qu’espèrent avant tout les patrons des 217 coquilliers qui sillonnent la baie chaque année, c’est qu’elles seront en mesure de se reproduire. Pour maintenir un seuil de production et donc un chiffre d’affaire acceptables (1) à l’avenir. Conscient que cette démarche expérimentale n’est pas un fin en soi et que la gestion de la zone va devenir de plus en plus complexe, Alain Coudray veut toutefois croire en sa réussite. « Les premières constatations effectuées par nos plongeurs après les premiers semis, en début de semaine dernière, sont plutôt rassurantes, souligne-t-il. Les coquilles s’enfouissent dans le sable, c’est un premier succès. »

460.000 naissains livrés hier

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP