19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Tsunami au Japon : le Pacifique pollué durablement

Tsunami au Japon : le Pacifique pollué durablement

Dernière mise à jour le dimanche 10 mars 2013

Article paru
sur le site "Metro" - 07 Mars 2013
Visualiser l’article original


La puissance du tsunami qui a frappé le Japon en mars 2011 a charrié au large une quantité considérable de déchets de toute sorte. Deux ans après la catastrophe, les débris se sont dispersés, voyageant pour certains jusqu’aux côtes américaines. Début 2012, de premiers débris légers ont échoué sur la côte nord du Pacifique qui devrait recueillir de nouveaux débris dans les prochaines années. Parties d’immeubles, voitures, bateaux, mobilier urbain, matériel de pêche... Les éléments arrachés à la côte japonaise le 11 mars 2011 sont extrêmement variés. Selon les chiffres officiels fournis par le Japon, environ 3 millions et demi de tonnes de débris ont immédiatement coulé et quelque 1,5 million de tonnes ont été entraînées au large.

Pour l’ONG environnementale française Robin des Bois, "le tsunami aurait éjecté dans l’océan Pacifique au minimum l’équivalent de 3.200 années de déchets rejetés en mer par le Japon en situation de routine". Pour appréhender l’étendue de la catastrophe, l’ONG explique que le volume dispersé en quelques heures dans Pacifique serait équivalent à celui accumulé depuis plusieurs décennies dans l’Atlantique et le Pacifique réunis, rapporte l’AFP.

Pollution au plastique

Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), la majorité des modélisations sur le déplacements des débris en mer montre que ces derniers se concentrent principalement au nord et à l’est de l’archipel d’Hawaï. Parmi eux, certaines grosses pièces peuvent représenter encore un danger pour la navigation.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP