17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses
Accueil > Actualités de la mer > Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction (...)

Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction ?

Dernière mise à jour le samedi 2 août 2014

Article paru
sur le site "Le Point" - 31 Juillet 2014
Visualiser l’article original



Depuis quelques jours, Gafsa, une ville de 85 000 habitants située au sud de la Tunisie, est en proie à un phénomène des plus étranges. À 25 kilomètres de celle-ci, sur la route d’Om Larayes, un lac d’une surface de plus d’un hectare est pour ainsi dire sorti de nulle part sur le site d’Effath. Mehdi Bilel revenait d’un mariage au nord du pays lorsqu’il a aperçu pour la première fois le mystérieux lac : "Après de longues heures de route sans interruption, j’ai honnêtement cru que j’hallucinais. Je me suis arrêté au bord de la route. Moi qui ne connais pas grand-chose à la science, j’ai cru à de la magie, à quelque chose de surnaturel."
Une origine mystérieuse

L’origine de la formation de ce lac reste encore à déterminer. Une première hypothèse avançait que des secousses sismiques mineures auraient pu fracturer la roche jusqu’à une nappe phréatique. Sous la pression, le million de mètres cubes d’eau qui compose le lac serait alors remonté à la surface. Une éventualité d’abord proposée par un géologue de la faculté des sciences de Gafsa qui l’a finalement récusée.

Selon le commissariat régional de développement agricole de Gafsa, il s’agirait simplement d’une cuvette dans laquelle se seraient accumulées les eaux de pluie. Une dernière hypothèse fait valoir que trois sources d’eau douce seraient apparues et auraient convergé vers le site en question.

La nouvelle n’a pas tardé à se propager, notamment depuis l’article publié par le site d’information Webdo. En ces temps de sécheresse, les curieux ont afflué de toute la région pour observer et se baigner dans le lac, qui atteint jusqu’à 20 mètres de profondeur par endroit. Le site, un ancien canyon désert, a d’ores et déjà été renommé "Gafsa Beach".
Des autorités absentes

Pourtant, le 21 juillet, la direction régionale de la protection civile à Gafsa avait déclaré cette étendue d’eau dangereuse et impropre à la baignade. Un avertissement prononcé à titre préventif, selon son directeur Hatef Ouigi, interrogé par France 24, le temps que ses équipes "vérifient la qualité de l’eau prélevée et prennent, en fonction des résultats, les mesures qui s’imposent". Mais depuis, silence radio, les autorités font désormais preuve d’un étonnant mutisme.

Le journaliste Lakhdhar Souid, originaire de la région et qui suit l’évolution du phénomène depuis son apparition, déplore ainsi l’absence de l’État pour livrer des données précises, notamment quant à l’origine du phénomène. "Nous ne pouvons que donner nos observations. L’État est totalement absent, alors qu’il devrait être là pour étudier ce cas. J’essaye de joindre l’administration des ressources aquatiques, mais personne ne répond. Alors nous essayons de comprendre par nous-mêmes", explique-t-il à Webdo.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP