15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction (...)

Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction ?

Dernière mise à jour le samedi 2 août 2014

Article paru
sur le site "Le Point" - 31 Juillet 2014
Visualiser l’article original



Depuis quelques jours, Gafsa, une ville de 85 000 habitants située au sud de la Tunisie, est en proie à un phénomène des plus étranges. À 25 kilomètres de celle-ci, sur la route d’Om Larayes, un lac d’une surface de plus d’un hectare est pour ainsi dire sorti de nulle part sur le site d’Effath. Mehdi Bilel revenait d’un mariage au nord du pays lorsqu’il a aperçu pour la première fois le mystérieux lac : "Après de longues heures de route sans interruption, j’ai honnêtement cru que j’hallucinais. Je me suis arrêté au bord de la route. Moi qui ne connais pas grand-chose à la science, j’ai cru à de la magie, à quelque chose de surnaturel."
Une origine mystérieuse

L’origine de la formation de ce lac reste encore à déterminer. Une première hypothèse avançait que des secousses sismiques mineures auraient pu fracturer la roche jusqu’à une nappe phréatique. Sous la pression, le million de mètres cubes d’eau qui compose le lac serait alors remonté à la surface. Une éventualité d’abord proposée par un géologue de la faculté des sciences de Gafsa qui l’a finalement récusée.

Selon le commissariat régional de développement agricole de Gafsa, il s’agirait simplement d’une cuvette dans laquelle se seraient accumulées les eaux de pluie. Une dernière hypothèse fait valoir que trois sources d’eau douce seraient apparues et auraient convergé vers le site en question.

La nouvelle n’a pas tardé à se propager, notamment depuis l’article publié par le site d’information Webdo. En ces temps de sécheresse, les curieux ont afflué de toute la région pour observer et se baigner dans le lac, qui atteint jusqu’à 20 mètres de profondeur par endroit. Le site, un ancien canyon désert, a d’ores et déjà été renommé "Gafsa Beach".
Des autorités absentes

Pourtant, le 21 juillet, la direction régionale de la protection civile à Gafsa avait déclaré cette étendue d’eau dangereuse et impropre à la baignade. Un avertissement prononcé à titre préventif, selon son directeur Hatef Ouigi, interrogé par France 24, le temps que ses équipes "vérifient la qualité de l’eau prélevée et prennent, en fonction des résultats, les mesures qui s’imposent". Mais depuis, silence radio, les autorités font désormais preuve d’un étonnant mutisme.

Le journaliste Lakhdhar Souid, originaire de la région et qui suit l’évolution du phénomène depuis son apparition, déplore ainsi l’absence de l’État pour livrer des données précises, notamment quant à l’origine du phénomène. "Nous ne pouvons que donner nos observations. L’État est totalement absent, alors qu’il devrait être là pour étudier ce cas. J’essaye de joindre l’administration des ressources aquatiques, mais personne ne répond. Alors nous essayons de comprendre par nous-mêmes", explique-t-il à Webdo.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP