20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction (...)

Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction ?

Dernière mise à jour le samedi 2 août 2014

Article paru
sur le site "Le Point" - 31 Juillet 2014
Visualiser l’article original



Depuis quelques jours, Gafsa, une ville de 85 000 habitants située au sud de la Tunisie, est en proie à un phénomène des plus étranges. À 25 kilomètres de celle-ci, sur la route d’Om Larayes, un lac d’une surface de plus d’un hectare est pour ainsi dire sorti de nulle part sur le site d’Effath. Mehdi Bilel revenait d’un mariage au nord du pays lorsqu’il a aperçu pour la première fois le mystérieux lac : "Après de longues heures de route sans interruption, j’ai honnêtement cru que j’hallucinais. Je me suis arrêté au bord de la route. Moi qui ne connais pas grand-chose à la science, j’ai cru à de la magie, à quelque chose de surnaturel."
Une origine mystérieuse

L’origine de la formation de ce lac reste encore à déterminer. Une première hypothèse avançait que des secousses sismiques mineures auraient pu fracturer la roche jusqu’à une nappe phréatique. Sous la pression, le million de mètres cubes d’eau qui compose le lac serait alors remonté à la surface. Une éventualité d’abord proposée par un géologue de la faculté des sciences de Gafsa qui l’a finalement récusée.

Selon le commissariat régional de développement agricole de Gafsa, il s’agirait simplement d’une cuvette dans laquelle se seraient accumulées les eaux de pluie. Une dernière hypothèse fait valoir que trois sources d’eau douce seraient apparues et auraient convergé vers le site en question.

La nouvelle n’a pas tardé à se propager, notamment depuis l’article publié par le site d’information Webdo. En ces temps de sécheresse, les curieux ont afflué de toute la région pour observer et se baigner dans le lac, qui atteint jusqu’à 20 mètres de profondeur par endroit. Le site, un ancien canyon désert, a d’ores et déjà été renommé "Gafsa Beach".
Des autorités absentes

Pourtant, le 21 juillet, la direction régionale de la protection civile à Gafsa avait déclaré cette étendue d’eau dangereuse et impropre à la baignade. Un avertissement prononcé à titre préventif, selon son directeur Hatef Ouigi, interrogé par France 24, le temps que ses équipes "vérifient la qualité de l’eau prélevée et prennent, en fonction des résultats, les mesures qui s’imposent". Mais depuis, silence radio, les autorités font désormais preuve d’un étonnant mutisme.

Le journaliste Lakhdhar Souid, originaire de la région et qui suit l’évolution du phénomène depuis son apparition, déplore ainsi l’absence de l’État pour livrer des données précises, notamment quant à l’origine du phénomène. "Nous ne pouvons que donner nos observations. L’État est totalement absent, alors qu’il devrait être là pour étudier ce cas. J’essaye de joindre l’administration des ressources aquatiques, mais personne ne répond. Alors nous essayons de comprendre par nous-mêmes", explique-t-il à Webdo.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP