19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Un bateau ivre à la dérive depuis trois semaines

Un bateau ivre à la dérive depuis trois semaines

Dernière mise à jour le jeudi 21 février 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Février 2013
Visualiser l’article original


Un paquebot russe, le Lyubov Orlova, dérive depuis trois semaines dans l’Atlantique nord, sans passagers ni équipage. L’association Robin des Bois en appelle à une mobilisation internationale....

Une mobilisation internationale est nécessaire pour retrouver et mettre en lieu sûr le bateau de croisière d’origine russe qui dérive sans passagers depuis trois semaines dans l’Atlantique Nord, assure l’association Robin des Bois dans un communiqué.

"Canada, voyou de l’Atlantique"
L’association accuse le Canada d’avoir "une responsabilité primordiale" dans la dérive du navire. "Dans l’océan Atlantique, où la densité du trafic maritime est forte et les risques d’accidents nombreux, une force internationale d’assistance et de sauvetage doit être mobilisée pour recapturer le Lyubov Orlova et le mettre en lieu sûr", assure l’association dans son communiqué intitulé "Le Canada, voyou de l’Atlantique".
Le navire avait quitté l’île canadienne de Terre-Neuve le 23 janvier, mais le câble qui le reliait au remorqueur devant le livrer à des ferrailleurs en République dominicaine s’est rompu le lendemain, livrant le bateau à la mer. Les seuls occupants de ce bateau fantôme seraient des rats.

"Aucune information"
Contacté lundi, un responsable du ministère canadien des Transports, en charge du dossier, avait indiqué n’avoir "aucune information" sur l’endroit où se trouverait le navire. De même, le Bureau de Sécurité des Transports, qui enquête sur la rupture du câble, avait dit ne pas savoir si des opérations étaient en cours pour déterminer sa position.
"Le Canada prétend maintenant qu’il n’a plus aucune responsabilité dans le sort et l’errance du Lyubov Orlova car il est désormais dans les eaux internationales", assure Robin des Bois, pour qui les autorités canadiennes ont, au contraire, "une responsabilité primordiale" dans la dérive du navire battant pavillon des îles Cook.

Le remorqueur retenu à quai
"Le Canada, dernier Etat détenteur du paquebot, naguère utilisé pour des croisières en Arctique, a laissé partir le 23 janvier 2013 cette épave tractée par un remorqueur construit en 1962, le Charlene Hunt", dénonce l’association. "Peu après le départ du convoi, le filin de remorque a cassé. Le Lyubov Orlova est parti à la dérive. Le Charlene Hunt a été obligé de regagner le port de Saint-John pour des raisons de sécurité", explique-t-elle, assurant que le remorqueur est "aujourd’hui retenu à quai pour de nombreuses non conformités après avoir été inspecté par les autorités canadiennes".
"Il est à proprement parler incroyable que les autorités canadiennes aient procédé à une inspection du Charlene Hunt après le départ du convoi" et non avant, s’insurge l’association, fustigeant "l’utilisation, pour un remorquage transocéanique, d’une unité inadaptée, elle aussi digne de la démolition".

Une opération de sauvetage en vue ?}


Lire l’article complet ...