21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine
Accueil > Actualités de la mer > Un bateau ivre à la dérive depuis trois semaines

Un bateau ivre à la dérive depuis trois semaines

Dernière mise à jour le jeudi 21 février 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Février 2013
Visualiser l’article original


Un paquebot russe, le Lyubov Orlova, dérive depuis trois semaines dans l’Atlantique nord, sans passagers ni équipage. L’association Robin des Bois en appelle à une mobilisation internationale....

Une mobilisation internationale est nécessaire pour retrouver et mettre en lieu sûr le bateau de croisière d’origine russe qui dérive sans passagers depuis trois semaines dans l’Atlantique Nord, assure l’association Robin des Bois dans un communiqué.

"Canada, voyou de l’Atlantique"
L’association accuse le Canada d’avoir "une responsabilité primordiale" dans la dérive du navire. "Dans l’océan Atlantique, où la densité du trafic maritime est forte et les risques d’accidents nombreux, une force internationale d’assistance et de sauvetage doit être mobilisée pour recapturer le Lyubov Orlova et le mettre en lieu sûr", assure l’association dans son communiqué intitulé "Le Canada, voyou de l’Atlantique".
Le navire avait quitté l’île canadienne de Terre-Neuve le 23 janvier, mais le câble qui le reliait au remorqueur devant le livrer à des ferrailleurs en République dominicaine s’est rompu le lendemain, livrant le bateau à la mer. Les seuls occupants de ce bateau fantôme seraient des rats.

"Aucune information"
Contacté lundi, un responsable du ministère canadien des Transports, en charge du dossier, avait indiqué n’avoir "aucune information" sur l’endroit où se trouverait le navire. De même, le Bureau de Sécurité des Transports, qui enquête sur la rupture du câble, avait dit ne pas savoir si des opérations étaient en cours pour déterminer sa position.
"Le Canada prétend maintenant qu’il n’a plus aucune responsabilité dans le sort et l’errance du Lyubov Orlova car il est désormais dans les eaux internationales", assure Robin des Bois, pour qui les autorités canadiennes ont, au contraire, "une responsabilité primordiale" dans la dérive du navire battant pavillon des îles Cook.

Le remorqueur retenu à quai
"Le Canada, dernier Etat détenteur du paquebot, naguère utilisé pour des croisières en Arctique, a laissé partir le 23 janvier 2013 cette épave tractée par un remorqueur construit en 1962, le Charlene Hunt", dénonce l’association. "Peu après le départ du convoi, le filin de remorque a cassé. Le Lyubov Orlova est parti à la dérive. Le Charlene Hunt a été obligé de regagner le port de Saint-John pour des raisons de sécurité", explique-t-elle, assurant que le remorqueur est "aujourd’hui retenu à quai pour de nombreuses non conformités après avoir été inspecté par les autorités canadiennes".
"Il est à proprement parler incroyable que les autorités canadiennes aient procédé à une inspection du Charlene Hunt après le départ du convoi" et non avant, s’insurge l’association, fustigeant "l’utilisation, pour un remorquage transocéanique, d’une unité inadaptée, elle aussi digne de la démolition".

Une opération de sauvetage en vue ?}


Lire l’article complet ...