22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Un congrès mondial au chevet des huîtres

Un congrès mondial au chevet des huîtres

Dernière mise à jour le mercredi 5 décembre 2012

Article paru sur le site "futura evenement"
- samedi 01 décembre 2012
Visualiser l’article original


Un congrès mondial réunit actuellement les ostréiculteurs à Arcachon, autour d’une question sans vraie réponse : quel est le mal dont souffrent les huîtres ? Depuis maintenant 4 ans, des mortalités inhabituelles surviennent partout, d’abord les naissains et aujourd’hui chez les adultes. Virus, bactéries, parasites, réchauffement des eaux : de multiples explications sont possibles.

En 2008, les ostréiculteurs français ont sonné l’alerte : leurs naissains (les larves) subissaient des mortalités inhabituelles. Depuis, rien ne s’est arrangé, avec des pertes chez les naissains qui se maintiennent à un taux élevé et auxquelles s’ajoute maintenant une surmortalité chez l’adulte, l’huître atteignant sa taille commerciale en 2 ou 3 ans. C’est un congrès mondial (Oyster World Congress) qui leur est actuellement consacré à Arcachon, des ostréiculteurs du monde entier venant discuter de leurs productions.

L’Ifremer s’est penché sur le problème en mettant en place en 2009 un Observatoire national conchylicole ciblant l’huître creuse, Crassostrea gigas, la plus vendue. Ses résultats donnent la mesure du phénomène : alors que « les données historiques montrent qu’entre 1995 et 2007, les taux de mortalité [dans le naissain] sont restés stables au niveau national, et situés aux alentours de 15 % », sur les 14 sites suivis, la mortalité a brusquement augmenté en 2008 pour atteindre 63 % au niveau national. En 2011, l’Ifremer observe « des taux de mortalité finaux qui atteignent 73 % sur les naissains issus de captage et 43 % sur les naissains issus d’écloserie » (Les surmortalités des naissains d’huîtres creuses Crassostrea gigas, Les rencontres de l’Ifremer, janvier 2012).

Les analyses effectuées désignent un serial killer : le virus OsHV-1 (Ostreid Herpes virus 1, sans danger pour l’Homme). Sa présence est corrélée avec les mortalités. Une forme particulière du virus, et jusque-là inconnue, baptisée μVar, est à peu près systématiquement retrouvée dans les échantillons de populations touchées.

Les ostréiculteurs accusent aussi les températures plus élevées. L’huître creuse, en effet, n’aime pas l’eau chaude et sa reproduction est liée à la température : quand elle dépasse 18 °C, ce mollusque bivalve comprend qu’il est temps de produire des gamètes. Les chercheurs ont comparé les courbes de températures observées à celles des mortalités et ce dans différentes régions du littoral français. Résultat : une corrélation positive.

Comme dans le cas des abeilles, la cause des mortalités d’huîtres creuses pourrait être multifactorielle. Pour l’instant, on ne fait que compter les huîtres qui meurent trop tôt sans savoir ce qu’il faudrait faire…
Les analyses effectuées désignent un serial killer : le virus OsHV-1 (Ostreid Herpes virus 1, sans danger pour l’Homme). Sa présence est corrélée avec les mortalités. Une forme particulière du virus, et jusque-là inconnue, baptisée μVar, est à peu près systématiquement retrouvée dans les échantillons de populations touchées.

Les ostréiculteurs accusent aussi les températures plus élevées. L’huître creuse, en effet, n’aime pas l’eau chaude et sa reproduction est liée à la température : quand elle dépasse 18 °C, ce mollusque bivalve comprend qu’il est temps de produire des gamètes. Les chercheurs ont comparé les courbes de températures observées à celles des mortalités et ce dans différentes régions du littoral français. Résultat : une corrélation positive.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP