14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Un garçon de 19 ans veut nettoyer les océans du plastique

Un garçon de 19 ans veut nettoyer les océans du plastique

Dernière mise à jour le vendredi 5 avril 2013

Article paru
sur le site "agir pour la planète" - 03 Avril 2013
Visualiser l’article original


Il n’a que 19 ans et pourtant son concept pourrait révolutionner l’environnement et les océans. En effet Boyan Slat a présenté son projet de nettoyer près de 99,9% des déchets qui encombrent nos océans et ce sur 5 ans et sans filets. Incroyable on vous dit !

C’est lors du TEDx de Delft aux Pays-Bas que cet étudiant en ingénierie aérospatiale a présenté son projet « The Ocean Cleanup ». Cet amoureux de la mer a té choqué lors d’une plongée aux Açores de voir autant de plastique alimenter les océans et détruire l’écosystème qui le compose.

Force à été de constater que l’utilisation du plastique se retrouve dans tous nos gestes du quotidien, il est impossible d’y échapper et malheureusement c’est environ 7 milliards de kilos de plastiques qui se retrouvent dans l’océan soit l’équivalent de 1000 tours eiffels.

Afin, entre autre, de préserver le plancton (élément vital à notre écosystème fragile) il est impératif de commencer le nettoyage de la mer. Certains scientifiques avaient prédits qu’il faudrait presque 80 000 ans pour recueillir avec des chalutiers tous ces déchêts. Mais Boyan et son bateau flanqué de longs bras montés sur des bouées, lui, l’envisage en 5 ans et ce, sans filets.Comment ça marche ?

La bonne idée de Boyan c’est de se servir des courants marins des gyres pour laisser l’océan s’auto-nettoyer. En effet en placant ces embarcations à toutes les zones de passages de déchêts qui dérivent logiquement grâce aux courants, c’est l’océan qui ramènera à l’homme le fruit de sa pollution.

Une idée brillante qui pourrait même être rentable. Les débris récupérés permettraient de générer plus d’argent qu’il n’en faudrait pour construire ce bateau original.

l’équipe d’ingénieur qui aide Boyan sur ce projet est encore en train de vérifier la faisabilité mais cette nouvelle est sans conteste une bouffée d’oxygène pour les amoureux de la mer et les écolos que nous sommes.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP