14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Un gros déficit en eau menace la planète

Un gros déficit en eau menace la planète

Dernière mise à jour le mardi 14 avril 2015

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 22 Mars 2015
Visualiser l’article original



Un rapport de l’ONU publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau souligne que celle-ci est de plus en plus mal gérée, alors que la population mondiale et les besoins industriels et agricoles augmentent.

Ce n’est pas la quantité d’eau douce dans le monde qui fait défaut. Elle est toujours la même. Le problème tient plutôt en sa gestion de plus en plus défaillante, alors que la population augmente (9,1 milliards en 2050, dont 2,4 milliards en Afrique subsaharienne) et que la pression agricole et industrielle est toujours plus importante. « Si rien ne change, la planète devrait faire face à un déficit global en eau de 40% d’ici à 2030 », souligne l’ONU dans un rapport publié à la faveur de la Journée mondiale de l’eau (22 mars) alors qu’on estime aujourd’hui à 20 % le nombre de nappes phréatiques surexploitées.

L’ONU n’a aucune difficulté à illustrer son propos. En Chine, dans la plaine du nord, l’irrigation intensive a provoqué une baisse de plus de 40 mètres du niveau de la nappe phréatique. Quant à la demande mondiale d’eau provenant de l’industrie, elle devrait augmenter de 400 % entre 2000 et 2050. Autre exemple, l’Inde : alors que ce pays comptait moins d’un million de puits mécanisés ou tubés en 1960, il y en avait plus de 19 millions en 2000 (chiffre qui a nécessairement augmenté depuis). « Cette révolution technique a joué un rôle important dans la lutte qu’a menée le pays contre la pauvreté, mais le développement de l’irrigation qui s’en est suivi s’est aussi traduit par un stress hydrique important dans les régions du sud et de l’est du pays », souligne les auteurs du rapport.
Bonne gouvernance

Entre nécessaire développement économique et accès à l’eau des populations, ces dernières ne sont pas toujours gagnantes. Il reste 748 millions de personnes qui n’ont aucun accès à « une source d’eau améliorée », ce qui en langage onusien signifie de l’eau n’ayant pas été en contact avec des animaux, et 2 milliards de personnes qui y accèdent, sans que l’eau ne soit propre à la consommation.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP