15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk
Accueil > Actualités de la mer > Un gros déficit en eau menace la planète

Un gros déficit en eau menace la planète

Dernière mise à jour le mardi 14 avril 2015

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 22 Mars 2015
Visualiser l’article original



Un rapport de l’ONU publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau souligne que celle-ci est de plus en plus mal gérée, alors que la population mondiale et les besoins industriels et agricoles augmentent.

Ce n’est pas la quantité d’eau douce dans le monde qui fait défaut. Elle est toujours la même. Le problème tient plutôt en sa gestion de plus en plus défaillante, alors que la population augmente (9,1 milliards en 2050, dont 2,4 milliards en Afrique subsaharienne) et que la pression agricole et industrielle est toujours plus importante. « Si rien ne change, la planète devrait faire face à un déficit global en eau de 40% d’ici à 2030 », souligne l’ONU dans un rapport publié à la faveur de la Journée mondiale de l’eau (22 mars) alors qu’on estime aujourd’hui à 20 % le nombre de nappes phréatiques surexploitées.

L’ONU n’a aucune difficulté à illustrer son propos. En Chine, dans la plaine du nord, l’irrigation intensive a provoqué une baisse de plus de 40 mètres du niveau de la nappe phréatique. Quant à la demande mondiale d’eau provenant de l’industrie, elle devrait augmenter de 400 % entre 2000 et 2050. Autre exemple, l’Inde : alors que ce pays comptait moins d’un million de puits mécanisés ou tubés en 1960, il y en avait plus de 19 millions en 2000 (chiffre qui a nécessairement augmenté depuis). « Cette révolution technique a joué un rôle important dans la lutte qu’a menée le pays contre la pauvreté, mais le développement de l’irrigation qui s’en est suivi s’est aussi traduit par un stress hydrique important dans les régions du sud et de l’est du pays », souligne les auteurs du rapport.
Bonne gouvernance

Entre nécessaire développement économique et accès à l’eau des populations, ces dernières ne sont pas toujours gagnantes. Il reste 748 millions de personnes qui n’ont aucun accès à « une source d’eau améliorée », ce qui en langage onusien signifie de l’eau n’ayant pas été en contact avec des animaux, et 2 milliards de personnes qui y accèdent, sans que l’eau ne soit propre à la consommation.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP