23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Un navire de l’Ifremer part surveiller la Méditerranée

Un navire de l’Ifremer part surveiller la Méditerranée

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Var Matin" - Jeudi 29 Mars 2012
Visualiser l’article original



Un navire de l’Ifremer part surveiller la Méditerranée

L’Europe a quitté hier le quai du centre océanographique de La Seyne. En partenariat avec l’Agence de l’eau, sa mission est d’aller prendre le pouls de nos eaux côtières

L’Europe, c’est le nom du navire côtier qui est parti hier de l’Ifremer (1), à La Seyne, pour une mission qui s’achèvera le 20 avril. Les huit scientifiques embarqués (2) sont chargés de mener la troisième campagne de surveillance de la qualité des eaux de la Méditerranée. La zone d’études s’étend du large d’Argelès jusqu’à celui de Menton, ainsi qu’en Corse.

Ce projet, né en 2006 et renouvelé tous les trois ans, est mené au titre de la Directive cadre européenne sur l’eau (DCE), dont l’ambition est d’atteindre « un bon état écologique et chimique des masses d’eaux d’ici 2015 ». L’Agence de l’eau le finance en grande partie. Pierre Boissery, en charge des expertises pour l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse, précise les choses : « Notre travail consiste en la compréhension des phénomènes de pollution et de dégradation du milieu marin avant de les faire remonter aux niveaux national et européen, en vue d’accompagner les politiques publiques dans leurs décisions ».

Ces critères engendrant généralement des sommes conséquentes en termes de travaux, d’équipements, de sensibilisation ou de labellisation pour les collectivités, la pertinence de ces études est primordiale.

Des eaux de bonne qualité

Si les précédentes campagnes ont démontré que nos eaux sont globalement de bonne qualité, un bon suivi et de l’anticipation ont démontré qu’elles permettent de faire de grandes économies sur le long terme. « Au lieu de se soigner, mieux vaut de pas tomber malade », résume Pierre Boissery.

Ainsi, pour connaître les niveaux de contamination chimique, Bruno Andral (de l’Ifremer) et son équipe ont deux méthodes à leur disposition : la première consiste à immerger des moules. Ces coquillages sont d’excellent filtreurs. Leurs capacités bioaccumulatrices leur permettent de concentrer différentes substances. Après plusieurs mois, les moules sont récupérées, puis analysées en laboratoire. Elles « captent » plusieurs familles de contaminants : les métalliques, les molécules organiques comme les Poly Chloro Biphényles (PCB), certains pesticides et les hydrocarbures issus des produits pétroliers. La concentration en dit long sur la santé de l’eau. Cette méthodologie est utilisée dans de nombreux pays et reçoit le soutien du programme des Nations Unies pour l’environnement. L’autre outil de mesure, plus récent, est l’échantillonneur passif. A l’aide d’un gel en immersion dans une sorte de cage, il retient les molécules que les moules ne parviennent pas à filtrer, comme certains pesticides.

Mais l’expédition sera aussi l’occasion d’effectuer de nombreux prélèvements, comme autant d’indicateurs : herbiers de posidonie, populations phytoplanctonique, sédiments... Toutes ces nouvelles données viendront alimenter l’immense banque de données exploitée dans toute l’Europe.

1. Ifremer : Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer.

2. L’équipe scientifique est composée d’universitaires et de personnels des Laboratoires Environnement-Ressources Provence-Azur-Corse et Languedoc-Roussillon de l’Ifremer.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP