16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux
Accueil > Actualités de la mer > Un nouvel outil pour la qualité des eaux

Un nouvel outil pour la qualité des eaux

Dernière mise à jour le lundi 6 février 2012

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Vendredi 03 Février 2012
Visualiser l’article original



Un nouvel outil pour la qualité des eaux

Le SAGE Côtiers basques doit aider élus, usagers, et services de l’État à se mettre en conformité avec la loi.

La qualité de l’eau est, décidément, l’objet d’une multitude d’attentions. Il faut dire que les réglementations sont de plus en plus exigeantes. Que ce soit la directive européenne cadre sur l’eau, datant de l’an 2000, qui oblige les pays membres de l’Union à retrouver un bon état écologique des eaux d’ici 2015. Ou la loi française sur l’eau et les milieux aquatiques, datant de 2006, qui fixe l’objectif de 75 % des masses d’eau en bon état pour 2015.

Dans ce contexte réglementaire vient de naître le Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) Côtiers basques, qui est un outil à la disposition de la commission locale de l’eau, nouvelle instance composée de 46 membres répartis en trois collèges (élus, usagers et services de l’État), et présidée par Albert Larrousset, maire de Guéthary. Le SAGE est issu des orientations du Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux Adour-Garonne.

S’ajoutant aux outils déjà existants comme les contrats de bassin Uhabia et Sud Pays basque et les contrats d’agglomération, ce SAGE qui regroupe 19 communes a-t-il vraiment son utilité ? À la Communauté de communes Sud Pays basque, les membres de la commission (parmi lesquels la conseillère régionale Sylviane Alaux, Bernard Soudard, conseiller général du canton de Jurançon, Emmanuel Alzuri, maire de Bidart, Dominique Gibaud-Gentili, adjointe au maire de Bayonne, Georges Daubagna, adjoint au maire d’Anglet, tous deux conseillers communautaires à l’Agglo Bayonne Côte basque, ou encore Francis Laporte, chef d’entreprise représentant la CCI), se sont efforcés de prouver que c’était le cas.

Dans la cohérence
L’originalité de la démarche est de permettre à l’ensemble des acteurs locaux (élus, usagers, services de l’État) d’acquérir une vision d’ensemble des problèmes liés à l’eau sur un territoire allant du sud de l’Adour à la Bidassoa, d’identifier les enjeux sur lesquels ils souhaitent réfléchir ensemble, et d’agir « dans la cohérence ». Comment atteindre le bon état des masses d’eau d’ici 2015 ? Comment limiter et gérer les fermetures de plage lors de l’application de la nouvelle directive sur les eaux de baignade ? Comment concilier la gestion de l’eau et l’urbanisme ? Tels sont quelques-uns de ces enjeux qui incluent également la gestion des eaux transfrontalières. Ne se limitant pas au littoral, le territoire concerné englobe les bassins versant, source d’une pollution qui suit tout un cheminement avant d’aller se déverser dans la mer.

Loin d’être de simples chiffons de papier, les documents du SAGE, ont souligné les membres de la commission, seront opposables aux décisions administratives, y compris à un Plan local d’urbanisme.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP