13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de (...)

"Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²

Dernière mise à jour le lundi 11 juin 2018

Article paru sur le site "France-info :"
- 08 Juin 2018
Visualiser l’article original-20180608-[lestitres-coldroite/titre3]]


La Méditerranée deviendra-t-elle bientôt une mer de plastique ? WWF dénonce, dans un rapport alarmant, publié vendredi 8 juin, les "records de pollution qui mettent en danger les espèces marines et la santé humaine". On trouve 1,25 millions de fragments de plastique au km² dans la mer Méditerranée. Elle concentre 7% de tous les microplastiques, alors qu’elle ne représente que 1% des eaux marines à l’échelle du globe.

La mer Méditerranée "est la mer la plus fermée du monde", explique Isabelle Autissier, vendredi sur franceinfo. Pour la présidente de WWF France, "une goutte d’eau en Méditerranée quand elle va rentrer, elle va rester au moins un siècle. Donc, le fait qu’il y ait peu d’échanges favorise la concentration". Cette situation "montre, à une échelle réduite, l’effet dévastateur que le plastique peut avoir sur l’océan", estime la responsable de la branche française de l’ONG.

On a des centaines de millions de déchets et surtout des microdéchets", explique Isabelle Autissier. La présidente de WWF France précise même que ces microdéchets, "résultat de la décomposition des plastiques, sont extraordinairement nocifs puisqu’ils sont repris dans l’environnement".

Les plastiques mettent parfois jusqu’à 50 ans pour se dégrader. Le résultat est simple : "Quand vous mangez du poisson de mer, il y a du plastique." Cette substance "est cancérigène, c’est un perturbateur endocrinien, note Isabelle Autissier. Donc ça attaque toutes les grandes fonctions de l’organisme humain, la digestion, le cerveau, la reproduction"
Lignes de pêche et pots de fleur dans l’estomac

Les conséquences sur la faune et la flore sont catastrophiques. Au total, selon l’ONG, 134 espèces ont ingéré du plastique. Ce sont évidemment les poissons, mais aussi des oiseaux. En avril, un cachalot a même été retrouvé échoué sur une plage d’Espagne avec 9 mètres de ligne de pêche et deux pots de fleurs dans l’estomac. Par exemple, "les oiseaux vont se jeter sur des microparticules qui sont colorées et qui sentent la mer. Ils vont avoir l’impression d’avoir bien mangé et en fait ils n’ont rien mangé du tout et ils vont mourir de faim", décrypte Isabelle Autissier.

Les microplastiques se retrouvent également dans les moules, les crabes, les rougets. Ce sont des aliments par la suite consommés par les humains. Selon le rapport de WWF, un consommateur moyen de coquillages en Europe pourrait ingérer jusqu’à 11 000 morceaux de plastiques par an. Cette pollution coûte aussi très cher : près de 11 milliards d’euros par an, principalement pour la pêche, le tourisme et le nettoyage des plages.
Les ravages de l’activité touristique

La problématique s’aggrave pendant l’été. Avec 200 millions de touristes en plus en Europe, le nombre

Lire l’Article complet sur...-20180608-[lestitres-coldroite/titre3]]



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP