21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > Une étude fait le lien entre la raréfaction des ressources halieutiques et (...)

Une étude fait le lien entre la raréfaction des ressources halieutiques et les changements climatiques

Dernière mise à jour le samedi 31 août 2013

Article paru
sur le site "Mediaterre" - 29 Août 2013
Visualiser l’article original


La raréfaction, mais surtout la disparition, de certaines ressources halieutiques est une conséquence directe des changements climatiques, annonce une étude. Le document recommande la formulation de plans d’adaptation dans les Conseils locaux de pêche artisanale.

Le Sénégal était bien servi avec 700 km de côtes poissonneuses. La surexploitation et le réchauffement climatique ont mis tout en péril. Conséquence : dégradation des écosystèmes, raréfaction des ressources, disparition de certaines espèces et, évidemment, malaise chez les pêcheurs qui voient leurs revenus et nourriture diminuer. Plus qu’un constat, il s’agit là des résultats d’une étude portant sur " Evaluation de la vulnérabilité des communautés côtières et adaptation aux changements climatiques des Clpa de Rufisque/Bargny, Sindia et Joal/Fadiouth " et qui a fait l’objet, hier, d’un atelier national de restitution. Tous les acteurs concernés y étaient représentés : organisations professionnelles de pêche, institutions déconcentrées, de recherche, bailleurs de fonds...

L’Institut des sciences de l’environnement (Ise) de l’Ucad qui a mené cette étude avec le soutien de l’Usaid/Comfish, a privilégié une démarche participative. L’étude montre que le changement climatique a des répercussions énormes sur les écosystèmes marins au Sénégal. Cela se traduit, sur le terrain, par l’élévation du niveau de la mer, la modification des courants marins, l’acidification des océans, le déplacement des aires de répartition des espèces.

L’impact est réel. Les ressources se raréfient et certaines espèces disparaissent, au grand dam des pêcheurs. Pourtant, une piste de sortie de crise existe. Elle est d’ailleurs proposée par les chercheurs de l’Ise. C’est la définition de stratégies d’adaptation durable dans les Conseils locaux de pêche artisanale (Clpa) et l’élaboration d’un plan d’actions. " La forte pression sur les ressources et la péjoration climatique ont mis non seulement en péril le développement des communautés de pêcheurs qui tirent leurs revenus de la pêche, mais aussi l’équilibre des écosystèmes marins et côtiers. Voilà pourquoi il est indispensable d’élaborer et de mettre en oeuvre des plans d’adaptation ", a préconisé le directeur de l’Ise, Pr. Bienvenu Sambou.

Stratégies d’adaptation durable

La restitution de cette étude a montré un fait : l’avenir du stratégique secteur de la pêche préoccupe l’Etat et les communautés qui en dépendent. L’on comprend donc la mobilisation des partenaires au développement, notamment l’Usaid/ Comfish (Gestion concertée pour une pêche durable au Sénégal) dont la démarche consiste à soutenir les efforts du gouvernement du Sénégal à réformer le secteur de la pêche comme il a été mentionné dans la Lettre de politique sectorielle de la pêche et de l’aquaculture.

Khady Sané Diouf, directrice de ce projet américain, a salué l’organisation de cet atelier de partage et d’échanges qui permet de présenter les résultats et d’observer les tendances obtenues. " C’est une bonne occasion d’intégrer les commentaires des uns et des autres, d’établir un partenariat fort entre les acteurs de la pêche au Sénégal, capital pour une prise en compte efficace de la problématique du changement climatique dans ce secteur ", a soutenu Mme Diouf. Elle a réitéré l’engagement de l’Usaid à travailler en synergie avec l’ensemble des acteurs pour une réelle prise en compte des impacts du changement climatique sur la pêche et pour une gestion concertée des ressources halieutiques au Sénégal. Un soutien qui réconforte la Direction des pêches maritimes. Cette dernière a entamé, depuis quelques années, des réformes du secteur visant à impliquer davantage les acteurs dans la réhabilitation des écosystèmes marins et côtiers pour le bien-être des populations

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP