13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Une hydrolienne bientôt immergée dans la Loire

Une hydrolienne bientôt immergée dans la Loire

Dernière mise à jour le lundi 12 août 2013

Article paru
sur le site "BFM" - 08 Août 2013
Visualiser l’article original


Après les mers, les rivières. Et après les industriels, les collectivités locales. L’hydrolienne, cette turbine sous-marine, continue de convaincre. La mairie d’Orléans a annoncé mardi 6 août l’expérimentation d’une hydrolienne dans la Loire, en plein cœur de la ville, dès 2014. La municipalité deviendra ainsi l’une des toutes premières "à travers le monde à profiter de l’énergie de leur fleuve", souligne le communiqué. Un projet, mené de concours avec Hydroquest et EDF, estimé à 2,46 millions d’euros.

Un signe du succès auquel semble promis l’hydrolienne, et une décision qui conforte les industriels tels qu’Alstom, GDF Suez, ou encore DCNS, dans leur choix d’investir dans cette nouvelle manière de produire de l’électricité. Mais la technologie est encore balbutiante, donc coûteuse, et de nombreux défis techniques restent à relever.

A première vue, elle est une option sérieuse pour diversifier les sources d’énergie et réduire la part des fossiles. Contrairement à l’éolienne, tributaire de la météo, la production d’énergie par hydrolienne est "totalement prédictible", explique un chercheur senior chez EDF Recherche & Développement. La turbine de cette "éolienne sous-marine" est en effet actionnée par le courant marin dont on peut prévoir l’intensité à tout moment en fonction des marées.

Elle constituerait en outre une industrie "made in France", non délocalisable, à fort potentiel. Selon l’expert, "75% à 80% de la ressource hydrolienne européenne se trouve dans les eaux côtières françaises et britanniques", où passent les courants de marée les plus importants.

Complément aux autres énergies propres

Pourtant, dans le scénario de transition énergétique publié par Greenpeace le 8 février, l’hydrolien tient une place mineure. Cyril Cornier, l’un de ses auteurs, estime qu’il ne peut être qu’un "complément" des autres énergies propres. Selon ses calculs, d’ici à 2015, un kilowattheure d’énergie hydrolienne coûtera 3.500 euros, contre 1.000 euros pour l’éolienne.

"Les coûts sont encore élevés parce qu’on en est seulement au stade des premiers prototypes", explique le chercheur d’EDF. Dès que les hydroliennes seront produites en série, "elles coûteront de moins en moins cher" .

Mais le manque de maturité n’est pas le seul facteur qui pèse sur leur compétitivité. Une étude de Réseau de transport et d’électricité (RTE), rendue publique le 1er février, révèle une autre faille : le raccordement de ces énormes machines de 10 à 15 mètres de diamètre et d’une vingtaine de mètres de haut du fond de la mer au réseau électrique terrestre.

Selon RTE, il n’y a "que quelques zones restreintes", là où les courants sont assez forts pour placer des hydroliennes, propices à y installer des câbles sous-marins. Il faudra donc envisager de mettre en place des "équipements de transformation en mer", et donc des "plates-formes émergées". De quoi générer des frais supplémentaires.

Raccordement avec le réseau haute tension

Sans parler de la difficulté d’installer des turbines à plusieurs dizaines de mètres de profondeur dans des zones où les courants sont très intenses. La première hydrolienne d’EDF est restée pendant plusieurs mois à une trentaine de mètres de fond dans la rade de Brest, à cause d’une avarie de la barge qui la transportait. Il a fallu des semaines pour trouver un moyen de la remonter.

RTE note enfin qu’il faudra jusqu’à dix ans pour un raccordement aux lignes à haute tension. Une modernisation du réseau terrestre existant sera en effet probablement nécessaire pour qu’il puisse véhiculer les capacités supplémentaires.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP