23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Une meilleure disposition des éoliennes produit des résultats (...)

Une meilleure disposition des éoliennes produit des résultats "stupéfiants"

Dernière mise à jour le jeudi 28 novembre 2013

Article paru
sur le site "Enerzine" - 26 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Une équipe de recherche de L’Université du Delaware (USA) a constaté que l’étalement et l’espacement des turbines dans un parc éolien en mer pouvait améliorer les performances de l’ensemble jusqu’à atteindre 33%.

"L’étalement de toutes les rangées s’est révélé incroyablement efficace", a déclaré Christina Archer, professeur agrégé de physique des sciences de la mer, de l’ingénierie et de la géographie à l’UD (en photo ci-dessous).

Les résultats qui ont été publiés le mois dernier dans ’Geophysical Research Letters’, pourraient ainsi aider les ingénieurs à améliorer les projets de parcs éoliens offshores.

Comme base d’étude, les chercheurs se sont tournés vers un parc éolien offshore déjà existant à proximité de la Suède. Il s’agit du parc éolien de Lillgrund qui comprend 48 éoliennes de 2,3 MW du fabricant Siemens (hauteur de moyeu de 63 m et longueur de pale 46 m).

Ils ont comparé l’agencement du parc actuel avec 6 autres configurations différentes. Dans certains cas, ils ont gardé des rangés de turbines avec des espaces plus ou moins importants. Dans d’autres cas, ils ont décalé l’alignement des rangés, de la même façon que sont disposés les sièges dans les cinémas et les théâtres afin d’améliorer au mieux le point de vue des gens les plus éloignés.
Grâce à des simulations sur ordinateur, l’équipe a pris en compte les tourbillons et les turbulences d’air instable, que les éoliennes engendrent quand leurs pales tournent - et (elle) a également analysé comment ce mouvement d’air pouvait avoir un impact sur les turbines voisines.

Ils ont constaté que l’agencement le plus efficace était une combinaison des 2 approches. En jouant à la fois par l’espacement des éoliennes et en décalant les lignes, ce nouvel agencement permettrait de réduire les pertes causées par les turbulences et en améliorerait la performance globale de 33%.

La configuration optimale avait des rangés orientées vers la direction des vents dominants. Toutefois, la plupart des endroits possèdent plus d’un sens dominant où les vents soufflent toute l’année. Ainsi, la configuration optimale pour une saison peut ne pas l’être dans une autre saison, quand le vent dominant change de direction et d’intensité.

"La prise en compte de ces différents facteurs pourraient mieux informer, où et comment configurer les futurs parcs éoliens offshore", a expliqué Christina Archer. Nous voulons explorer tous ces arbitrages systématiquement, un par un," a-t elle ajouté.

L’étude fait partie d’un projet de recherche sur les vents et les applications de production d’énergie renouvelable. Formée à la fois à la météorologie et à l’ingénierie, Christina Archer a utilisé des données météorologiques et des calculs complexes pour estimer le potentiel de vent comme source d’énergie.

L’année dernière, Christina Archer et son collègue Mark Jacobson de l’Université de Stanford ont montré que les éoliennes pouvaient répondre à la moitié de la demande énergétique de l’avenir de la planète avec un impact minimal sur l’environnement

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP