21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Une "mer" sacrée

Une "mer" sacrée

Dernière mise à jour le lundi 22 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le Monde Europe" - 21 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Il n’y a pas plus assidu du lac Baïkal que le biologiste Maxime Timofeev, toujours à rôder sur ses berges avec ses éprouvettes. Il les analyse ensuite dans son laboratoire d’avant-garde, à Irkoutsk, la ville située à 70 kilomètres de là. Le "patron" du labo s’extasie du caractère unique de cette mer sibérienne – 700 kilomètres de long sur 80 km de large –, vieille de trente millions d’années. Son volume d’eau douce, 20 % des réserves de la planète, équivaut à "tous les lacs américains réunis", dit-il. Dans la Russie de Vladimir Poutine, nourrie aux clichés de la guerre froide, les Etats-Unis sentent le soufre, mais, pour lui, il n’y a qu’une seule comparaison qui tienne pour définir le lac Baïkal : la russo-américaine.

La géopolitique préférée des quatorze chercheurs du Centre scientifique du Baïkal, l’observatoire créé par Maxime Timofeev il y a dix ans, se concentre sur les grands fonds (1 620 mètres) où évoluent des milliers de micro-organismes rares. Les scientifiques connaissent tous leurs secrets. Ils sont intarissables sur "le niveau de stress" de l’Epischura baikalensis, la minuscule écrevisse du Baïkal. Ce crustacé agit comme un puissant aspirateur, filtrant les impuretés du lac.

Cette "femme de ménage" hors pair est depuis peu guettée par le surmenage, la faute à l’homme qui déverse dans le lac ses eaux usées, ses produits industriels et chimiques, ses huiles de vidange.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP