19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Union européenne : un accord sur les possibilités de pêche pour l’année (...)

Union européenne : un accord sur les possibilités de pêche pour l’année 2014

Dernière mise à jour le mardi 21 janvier 2014

Article paru
sur le site "" - 16 Janvier 2014
Visualiser l’article original



Frédéric Cuvillier, ministre délégué en charge des transports, de la mer et de la pêche, s’est rendu à Cayeux-sur-Mer, dans la Somme le jeudi 16 janvier 2014, pour annoncer des mesures de lutte contre l’érosion et la submersion marines.

En France, près d’un quart du littoral recule
du fait de l’érosion côtière. Ce phénomène
naturel peut être aggravé par les activités
humaines et par les effets du changement
climatique, notamment les tempêtes, et peut
avoir un impact important pour la sécurité des
personnes et des biens. Par ailleurs, les
évènements climatiques exceptionnels,
associés à des coefficients de marée
importants, peuvent entrainer l’inondation du
littoral par submersion marine.
L’Etat et les collectivités locales du littoral
doivent, au-delà des choix d’urbanisme et d’aménage
ment adaptés et cohérents, prévoir sur
le long terme les conséquences des choix relatifs à
la protection du littoral et de ses usages, et
son adaptation aux phénomènes naturels.
DES DECISIONS
Le constat est connu. Il faut donc maintenant agir
de façon efficace et cohérente.
Philippe
Martin et Frédéric Cuvillier annoncent deux mesures
pour mieux adapter l’action de
l’Etat
.
1. Afin d’identifier les secteurs où l’érosion est
forte, nécessitant d’être intégrés en priorité
dans les politiques publiques et ainsi hiérarchiser
l’engagement de finances publiques
en matière de travaux et d’aménagements,
une méthode pour construire des
indicateurs nationaux homogènes sera déterminée en
2014
, permettant de suivre
l’évolution du trait de côte ; sur cette base,
il sera produit d’ici la fin de l’année une
première cartographie à l’échelle nationale de l’al
éa d’érosion côtière
,
afin de
permettre
une bonne connaissance des aléas et du fonctionneme
nt des écosystèmes
côtiers dans leur état actuel, avec une prévision d
e leur évolution à 10, 40 et 90 ans.
2.
Afin d’améliorer la prévention des risques littorau
x, il est nécessaire de favoriser
la cohérence et la coordination entre lutte contre
l’érosion et prévention de la
submersion.
Pour cela, un programme particulier dédié au littor
al proposant
une
gestion intégrée des risques littoraux
(inondations, submersions marines et
estuariennes, érosion...) est défini. Un certain nomb
re d’actions communes ont été
identifiées pour faire avancer les objectifs suivan
ts :
- 
mieux intégrer les risques naturels dans une dynami
que de recomposition spatiale des
territoires littoraux : il est nécessaire de planif
ier maintenant et de préparer les acteurs
à la mise en œuvre de la relocalisation à long term
e des activités et des biens exposés
aux risques littoraux, en fonction des enjeux et de
l’importance de l’érosion
- 
n’envisager les opérations de protection artificial
isant fortement le trait de côte que
dans des secteurs à très forte densité ou d’intérêt
stratégique national et les concevoir
de façon à permettre à plus long terme un déplaceme
nt des activités et des biens
- 
assurer une prise en compte conjointe des aléas su
bmersion et érosion dans les plans
de prévention des risques littoraux
- 
restaurer le fonctionnement des écosystèmes littora
ux (zones humides, cordons
dunaires, mangroves, récifs coralliens...) pour leu
r rôle en faveur de la protection du
littoral car ils constituent des espaces de dissipa
tion de l’énergie de la mer et
contribuent à limiter l’impact de l’érosion côtière
sur les activités et les biens.
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP