15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > Vagues et houle trouver le bon concept

Vagues et houle trouver le bon concept

Dernière mise à jour le lundi 12 mars 2012

Article paru sur le site "Les Echos" - Mercredi 07 Mars 2012
Visualiser l’article original



Vagues et houle trouver le bon concept

Il existe encore une multitude de concepts en concurrence pour tirer partie de l’énergie des vagues et de la houle. Que l’on se place sur le rivage ou à proximité, souvent avec des installations fixes comme la centrale de l’île de Pico aux Açores ou de l’île d’Islay en Ecosse, ou plus au large avec des installations mobiles comme celle de l’écossais Pelamis Wave Power, l’un des pionniers du secteur. « Certes, l’énergie houlomotrice est intermittente, mais elle est prédictible avec plusieurs jours d’avance car la houle survient toujours après un épisode de vent », affirme Philippe Gilson, d’Alstom, qui préside également la commission énergies marines du Syndicat des énergies renouvelables. En France, un projet financé dans le cadre des investissements d’avenir est mené par la société de recherche pétrolière SBM Offshore, associée à l’Ifremer et à l’Ecole centrale de Nantes.

Au niveau mondial, le projet le plus ambitieux s’appelle Costa Head. Il associe Alstom et l’opérateur écossais SSE Renewable, qui ont créé en début d’année une société commune pour construire une ferme de 200 MW au large des îles Orcade (nord de l’Ecosse). La technologie mise en oeuvre sera celle de la société AWS. Il s’agit d’une grande bouée de 60 mètres de diamètre, composée de convertisseurs en caoutchouc reliés en eux. L’air contenu à l’intérieur est comprimé lorsque les vagues frappent la bouée. Cette énergie pneumatique est alors transformée en énergie électrique grâce à des turbines. Chaque bouée, qui pèse 1.300 tonnes, possède une puissance de 2,5 MW.

Frank Nierdercorn



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP