26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?
Accueil > Actualités de la mer > Vers une source quasi illimitée de production d’hydrogène ??

Vers une source quasi illimitée de production d’hydrogène ??

Dernière mise à jour le mercredi 17 avril 2013

Article paru
sur le site "Médiapart" - 15 Avril 2013
Visualiser l’article original


De nombreux chercheurs et spécialistes de l’énergie, le plus connu étant Jeremy Rifkin, font valoir à juste titre que remplacer les combustibles carbonés, pétrole, gaz, charbon par de l’hydrogène aurait beaucoup d’avantage, notamment en termes de rejets de gaz à effets de serre. Le seul produit de la combustion de l’hydrogène étant l’eau, le processus pourrait même devenir une bénédiction pour les pays arides (!) . Certes, pour beaucoup d’usages, notamment à bord des véhicules, l’hydrogène est moins commode d’emploi que le pétrole, mais les solutions existent.

La seule difficulté, de taille, à résoudre, tient au fait que pour produire de l’hydrogène, par exemple par électrolyse de l’eau, il faut beaucoup d’énergie. Le bilan final est quasi nul. Depuis longtemps des biologistes avaient pensé utiliser à cette fin les capacités de synthèse de certaines plantes, mais aucun résultat concluant ne pouvait encore être envisagé à grande échelle.

zhang.jpgOr une équipe de chercheurs de la Virginia Tech vient d’annoncer avoir mis au point un procédé qui pourrait être révolutionnaire. En cas de succès, les bénéfices envisagés pourraient se compter en trilliards de dollars. L’équipe, menée par Percival Zhang, a réussi à utiliser comme source d’hydrogène le xylose, dit aussi sucre de bois, que l’on trouve dans toutes les plantes constituant notamment les biomasses.

Zhang a recherché les combinaisons d’enzymes susceptible de produire de l’hydrogène à partir du xylose, dans des conditions de température et de pression acceptables. Il a identifié un groupe d’enzymes qui jouent ce rôle dans certains micro-organismes extrêmes, dits extrêmophiles. Elles produisent vers 122° et à pression atmosphérique de grandes quantités d’hydrogène, employé par ces organismes comme générateur d’énergie. Mais il n’était pas possible d’utiliser directement ceux-ci pour fournir des quantités d’hydrogène en quantité suffisante, car ils s’en servent pour se reproduire et se développer.

Les chercheurs ont donc imaginé de rassembler certaines de ces enzymes sous la forme d’un mélange artificiel qui, combiné avec un certain polyphosphate et du xylose, produit de l’hydrogène récupérable en grande quantité, avec une efficacité énergétique de près de 100%, c’est-à-dire supérieure à tous les autres procédés. Les déchets sont quasiment nuls.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP