13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Vers une source quasi illimitée de production d’hydrogène ??

Vers une source quasi illimitée de production d’hydrogène ??

Dernière mise à jour le mercredi 17 avril 2013

Article paru
sur le site "Médiapart" - 15 Avril 2013
Visualiser l’article original


De nombreux chercheurs et spécialistes de l’énergie, le plus connu étant Jeremy Rifkin, font valoir à juste titre que remplacer les combustibles carbonés, pétrole, gaz, charbon par de l’hydrogène aurait beaucoup d’avantage, notamment en termes de rejets de gaz à effets de serre. Le seul produit de la combustion de l’hydrogène étant l’eau, le processus pourrait même devenir une bénédiction pour les pays arides (!) . Certes, pour beaucoup d’usages, notamment à bord des véhicules, l’hydrogène est moins commode d’emploi que le pétrole, mais les solutions existent.

La seule difficulté, de taille, à résoudre, tient au fait que pour produire de l’hydrogène, par exemple par électrolyse de l’eau, il faut beaucoup d’énergie. Le bilan final est quasi nul. Depuis longtemps des biologistes avaient pensé utiliser à cette fin les capacités de synthèse de certaines plantes, mais aucun résultat concluant ne pouvait encore être envisagé à grande échelle.

zhang.jpgOr une équipe de chercheurs de la Virginia Tech vient d’annoncer avoir mis au point un procédé qui pourrait être révolutionnaire. En cas de succès, les bénéfices envisagés pourraient se compter en trilliards de dollars. L’équipe, menée par Percival Zhang, a réussi à utiliser comme source d’hydrogène le xylose, dit aussi sucre de bois, que l’on trouve dans toutes les plantes constituant notamment les biomasses.

Zhang a recherché les combinaisons d’enzymes susceptible de produire de l’hydrogène à partir du xylose, dans des conditions de température et de pression acceptables. Il a identifié un groupe d’enzymes qui jouent ce rôle dans certains micro-organismes extrêmes, dits extrêmophiles. Elles produisent vers 122° et à pression atmosphérique de grandes quantités d’hydrogène, employé par ces organismes comme générateur d’énergie. Mais il n’était pas possible d’utiliser directement ceux-ci pour fournir des quantités d’hydrogène en quantité suffisante, car ils s’en servent pour se reproduire et se développer.

Les chercheurs ont donc imaginé de rassembler certaines de ces enzymes sous la forme d’un mélange artificiel qui, combiné avec un certain polyphosphate et du xylose, produit de l’hydrogène récupérable en grande quantité, avec une efficacité énergétique de près de 100%, c’est-à-dire supérieure à tous les autres procédés. Les déchets sont quasiment nuls.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP