20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Viaud candidat pour l’intérim conchylicole

Viaud candidat pour l’intérim conchylicole

Dernière mise à jour le jeudi 14 mars 2013

Article paru
sur le site "SudOuest" - 12 Mars 2013
Visualiser l’article original


Le 19 juin prochain, le poste de président du Comité national de la conchyliculture (CNC) sera disponible à Paris. Et un Charentais-Maritime pourrait bien occuper la fonction.

Pour une période d’intérim s’étirant jusqu’à la date de renouvellement statutaire du Comité national, qui interviendra en 2014, après le renouvellement des comités régionaux conchylicoles. Cette élection printanière en cours de mandat est provoquée par la démission du président national en place, le Breton Goulven Brest (lire ci-dessous). Son vice-président, le Charentais-Maritime Gérald Viaud, a déjà fait savoir qu’il sera candidat pour assurer l’intérim qui s’ouvrira alors.
Il se sent prêt

Son intention, le producteur de la Seudre la déclarait à Paris, il y a une quinzaine de jours, au concert des sept présidents de comités régionaux français (de la Normandie à la Méditerranée), qui avait inscrit la question de la succession de Goulven Brest à l’ordre du jour. Des présidents de centres de production conchylicoles qui semblent être tombés d’accord sur le nom du Charentais-Maritime. Une semaine plus tard, Gérald Viaud réitérait alors son annonce, mais cette fois devant le bureau du Comité régional conchylicole Poitou-Charentes, à Marennes. Et mercredi dernier, à Fouras, c’est le conseil du même Comité régional, qui recevait l’information.

Prudent quant à l’issue du scrutin de juin, Gérald Viaud explique que, d’ici là, des présidents d’autres bassins peuvent changer d’avis et se présenter, même s’ils ont donné leur accord verbal de ne pas interférer dans sa candidature. Comme peuvent surgir des candidatures d’autres représentants des bassins de production, simples membres du comité national, et éligibles eux aussi.
D’abord, protéger le milieu

À 62 ans, Gérald Viaud préside depuis 2010 le Comité régional Poitou-Charentes. Et il occupe de longue date à Marennes-Oléron des fonctions de représentation syndicale au sein de la profession ostréicole. C’est dans la foulée de François Patsouris que Gérald Viaud avait pris en 2010 un mandat difficile au Comité régional conchylicole Poitou-Charentes, l’économie ostréicole étant, depuis 2008, envasée dans la gestion de la crise des surmortalités d’huîtres juvéniles.

Sa force dans ce contexte, c’est sa disponibilité, en même temps que sa gourmandise de la représentation professionnelle. Ce n’est un secret pour personne, Gérald Viaud aime faire entendre sa voix, et son gimmick sur l’ostréiculture à taille humaine et surtout la préservation du milieu naturel, un brin teinté de nostalgie.

À Chaillevette où est localisée l’exploitation familiale, l’épouse de Gérald Viaud, son fils, et leurs salariés, s’affairent à la production et à l’affinage - dont il est un ardent défenseur -, ce qui arme ce grognard de la contestation ostréicole du temps indispensable pour espérer saisir le bâton de maréchal au plus haut niveau national de la représentation professionnelle.

Gérald Viaude se sent donc prêt, depuis le jour où il a « accepté le poste de vice-président du CNC. J’ai déjà remplacé Goulven Brest à plusieurs reprises, notamment à Bruxelles », dit-il. La qualité du milieu marin, la nécessaire gestion de l’eau, balisent le champ de son projet, partant du principe qu’il ne peut y avoir de production ostréicole viable sans eau saine. En cela, il veut emboîter le pas de Goulven Brest, bien qu’il ne renie pas d’avoir eu des désaccords avec ce dernier. « Comment être novateur avec un mandat d’intérim d’un an ? », interroge Gérald Viaud.

_ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP