17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas
Accueil > Actualités de la mer > Viaud candidat pour l’intérim conchylicole

Viaud candidat pour l’intérim conchylicole

Dernière mise à jour le jeudi 14 mars 2013

Article paru
sur le site "SudOuest" - 12 Mars 2013
Visualiser l’article original


Le 19 juin prochain, le poste de président du Comité national de la conchyliculture (CNC) sera disponible à Paris. Et un Charentais-Maritime pourrait bien occuper la fonction.

Pour une période d’intérim s’étirant jusqu’à la date de renouvellement statutaire du Comité national, qui interviendra en 2014, après le renouvellement des comités régionaux conchylicoles. Cette élection printanière en cours de mandat est provoquée par la démission du président national en place, le Breton Goulven Brest (lire ci-dessous). Son vice-président, le Charentais-Maritime Gérald Viaud, a déjà fait savoir qu’il sera candidat pour assurer l’intérim qui s’ouvrira alors.
Il se sent prêt

Son intention, le producteur de la Seudre la déclarait à Paris, il y a une quinzaine de jours, au concert des sept présidents de comités régionaux français (de la Normandie à la Méditerranée), qui avait inscrit la question de la succession de Goulven Brest à l’ordre du jour. Des présidents de centres de production conchylicoles qui semblent être tombés d’accord sur le nom du Charentais-Maritime. Une semaine plus tard, Gérald Viaud réitérait alors son annonce, mais cette fois devant le bureau du Comité régional conchylicole Poitou-Charentes, à Marennes. Et mercredi dernier, à Fouras, c’est le conseil du même Comité régional, qui recevait l’information.

Prudent quant à l’issue du scrutin de juin, Gérald Viaud explique que, d’ici là, des présidents d’autres bassins peuvent changer d’avis et se présenter, même s’ils ont donné leur accord verbal de ne pas interférer dans sa candidature. Comme peuvent surgir des candidatures d’autres représentants des bassins de production, simples membres du comité national, et éligibles eux aussi.
D’abord, protéger le milieu

À 62 ans, Gérald Viaud préside depuis 2010 le Comité régional Poitou-Charentes. Et il occupe de longue date à Marennes-Oléron des fonctions de représentation syndicale au sein de la profession ostréicole. C’est dans la foulée de François Patsouris que Gérald Viaud avait pris en 2010 un mandat difficile au Comité régional conchylicole Poitou-Charentes, l’économie ostréicole étant, depuis 2008, envasée dans la gestion de la crise des surmortalités d’huîtres juvéniles.

Sa force dans ce contexte, c’est sa disponibilité, en même temps que sa gourmandise de la représentation professionnelle. Ce n’est un secret pour personne, Gérald Viaud aime faire entendre sa voix, et son gimmick sur l’ostréiculture à taille humaine et surtout la préservation du milieu naturel, un brin teinté de nostalgie.

À Chaillevette où est localisée l’exploitation familiale, l’épouse de Gérald Viaud, son fils, et leurs salariés, s’affairent à la production et à l’affinage - dont il est un ardent défenseur -, ce qui arme ce grognard de la contestation ostréicole du temps indispensable pour espérer saisir le bâton de maréchal au plus haut niveau national de la représentation professionnelle.

Gérald Viaude se sent donc prêt, depuis le jour où il a « accepté le poste de vice-président du CNC. J’ai déjà remplacé Goulven Brest à plusieurs reprises, notamment à Bruxelles », dit-il. La qualité du milieu marin, la nécessaire gestion de l’eau, balisent le champ de son projet, partant du principe qu’il ne peut y avoir de production ostréicole viable sans eau saine. En cela, il veut emboîter le pas de Goulven Brest, bien qu’il ne renie pas d’avoir eu des désaccords avec ce dernier. « Comment être novateur avec un mandat d’intérim d’un an ? », interroge Gérald Viaud.

_ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP